PARTAGER

La majorité présidentielle accuse les forces étrangères de vouloir déstabiliser le Sénégal. En conférence de presse hier, le Secrétariat exécutif permanent de Benno bokk yakaar (Bby) a demandé à l’Ue, qui a exhorté la suppression des parrainages pour les Locales, à se limiter à sa mission de supervision.

Le Sénégal est attaqué par des forces étrangères qui ont pour but de déstabiliser le pays. C’est la conviction du Secrétariat exécutif permanent (Sep) de la coalition Benno bokk yakaar (Bby). Une réaction qui fait suite au reportage de la chaîne britannique Bbc sur le présumé scandale Petro Tim, impliquant Aliou Sall, le frère du président de la République Macky Sall. Les partisans de Macky Sall ont ainsi appelé les Sénégalais à «la vigilance et à la sérénité afin que rien, ni personne, de surcroît un organe étranger, ne nous dévie de la trajectoire patriotique que constitue le dialogue national, surtout que le Président Macky Sall a fait saisir la justice afin qu’elle édifie l’opinion sur une telle affaire». En conférence de presse hier au nouveau siège de l’Apr sis à Mermoz, le porte-parole du jour, Mor Ngom, a déclaré : «Ce qui est en jeu aujourd’hui dans notre pays, c’est l’unité nationale qui dépasse les positions partisanes. Ce qui est en jeu, c’est la sécurité du pays, la stabilité de ses institutions, la paix sociale, l’union des cœurs et des esprits.»

«Le dialogue national ne saurait être bloqué par une quelconque affaire Petro Tim»
Cette sortie intervient à un moment où le mouvement Aar li ñu bokk, qui regroupe des partis politiques, des mouvements citoyens et des membres de la société civile, multiplie les sorties pour dénoncer les contrats pétroliers et gaziers signés par le Sénégal. Mais pour le Sen de Bby, «cette exception sénégalaise qui nous a valu jusqu’ici de vivre ensemble dans la paix et la stabilité, dans un environnement mondial ‘’crisogène’, incertain et un environnement régional marqué par la violence meurtrière des conflits communautaristes et de l’extrémisme djihadiste, mérite pour les générations présentes et celles à venir qu’on lui sacrifie tout : positions partisanes, intérêts spécifiques et sentiments particuliers». Pour ce faire, la majorité présidentielle demande aux Sénégalais de tous bords de se mobiliser pour faire aboutir le dialogue national, dirigé par Famara Ibrahima Sagna, seul remède contre la division. D’ailleurs, Mor Ngom a rassuré que le dialogue national ne saurait nullement être bloqué par une quelconque affaire Petro Tim. Et puisque la justice a été saisie, il a exhorté tout le monde à se dessaisir de l’affaire tout en demandant à ceux qui disposent de preuves d’aller témoigner devant les enquêteurs en charge du dossier.

La recommandation de l’Ue sur le parrainage, «une tentative d’installer le Sénégal dans l’anarchie»
Cette conférence a été également une occasion de se prononcer sur le rapport de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne sur la Présidentielle qui a recommandé l’abandon du parrainage pour les prochaines élections locales. Pour Mbaye Ndiaye, «en réalité, ce n’est pas une proposition, mais une tentative d’installer le Sénégal dans l’anarchie». Lui et ses camarades ont appelé l’Ue à se limiter à la «stricte» supervision des élections. Et le Sen de Bby a fait comprendre qu’un changement dans la loi électorale doit venir du Peuple sénégalais, «seul souverain», des termes déjà utilisés par le ministre de l’Intérieur.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here