PARTAGER

Alors que la tension couve entre le pouvoir et l’opposition, l’Eglise appelle à la paix. Mgr Benjamin Ndiaye estime qu’il est du devoir de chacun de protéger ce pays «qui nous appartient».

A un mois de l’élection présidentielle, le risque de troubles est de plus en plus inquiétant. De quoi briser le silence de l’Eglise qui prêche la bonne parole. Dans une déclaration à la presse hier, les évêques du Sénégal ont appelé les acteurs politiques au calme. «Non à la violence, ce pays nous appartient. Il est de notre devoir de le protéger.  (…) Que ceux qui ont en charge d’organiser le scrutin s’en acquittent avec honnêteté, impartialité et respect des normes», a déclaré Mgr Benjamin Ndiaye, archevêque de Dakar, sur Senego.com. Le chef de l’Eglise sénégalaise invite «tous les candidats à inscrire dans leur programme, au-delà des rivalités politiques, un langage respectueux de l’autre et de la communauté, la vérité, la justice, la promotion du bien commun dans l’intérêt de tous les citoyens».
Les évêques du Sénégal rappellent que la paix est un «don merveilleux et précieux de Dieu» et que «les hommes doivent l’accueillir, la préserver et la promouvoir à tout prix». Pour ces religieux, ce rappel «se fait plus que jamais pressant en ce moment où notre Nation se prépare à l’élection présidentielle du 24 février 2019». Mgr Ndiaye d’ajouter : «Nous vous invitons tous au calme et à la sérénité devant les enjeux que suscite une telle étape de la vie de notre Nation. Devant la gravité de l’enjeu, nous vous invitons tous à vous tourner vers Dieu. Nous en appelons à la conscience cito­yenne de tous, surtout des acteurs politiques pour adopter des comportements responsables et véridiques en vue d’une élection crédible, transparente et paisible.» Pour finir, Mgr Benjamin Ndiaye lance un appel visant à encourager toute initiative de dialogue.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here