PARTAGER

La Ligue des imams et prédicateurs du Sénégal compte s’impliquer dans la résolution de la tension sociale qui secoue depuis plusieurs semaines le Sénégal. Elle l’a fait savoir hier, en marge d’une Assemblée générale tenue dans la Cité du Rail.

La tension sociale qui secoue le pays, avec la série de grèves notées dans plusieurs secteurs de la vie nationale, préoccupe la Ligue des imams et prédicateurs du Sénégal qui s’est réunie en Assemblée générale hier, à Thiès. Ainsi, elle a décidé d’effectuer une médiation pour trouver un consensus et sortir le pays de la crise qui perdure. Selon le secrétaire général de la section/Thiès, imam Mouha­madou Mbaye, la ligue compte jouer les bons offices pour la décrispation totale de la tension sociale. «Nous avons de nouvelles orientations. Il s’agit d’abord d’intervenir dans la tension que nous avons remarquée depuis quelque temps dans le pays. Tous les secteurs s’agitent : la politique, l’éducation, la santé, etc. Partout il y a des problèmes et donc nous comptons intervenir dans ces conflits pour mieux rapprocher les positions parce que nous pensons que les imams ne doivent pas rester les bras croisés». De l’avis de cet enseignant d’arabe, «l’imam est la personne la mieux indiquée pour intervenir dans ces genres de conflits. Il a le rôle de médiateur dans la société, mais également de régulateur social dans le dénouement des crises en général. Et le pays a besoin de médiation, parce que l’Etat, comme les syndicats, chacun a décidé de camper sur sa position. Donc, il faut une personne crédible pour intervenir entre les deux». Imam Mouhamadou Mbaye renseigne que la ligue s’est s’engagée à tout mettre en œuvre pour une sortie de crise. Aussi a-t-il a appelé les deux parties en conflit à une «solution définitive de la crise».
L’autre orientation concerne le soutien qu’elle a décidé d’apporter aux daaras. «Nous allons les appuyer, mais également nous comptons former les Serigne daara», dira imam Mbaye qui, dans ce cadre, invite les responsables des mosquées à régler la situation des daaras les avoisinant. Il pense que «les mosquées ont un grand rôle à jouer dans la situation des daaras, car si chaque mosquée prenait en charge les daaras qui sont autour d’elle, leurs problème seraient régler définitivement».
Pour mieux jouer leur rôle de veille et d’alerte, la ligue compte former ses membres. «L’imam étant un modèle, il doit avoir une bonne formation. Nous allons donc mettre en place des programmes pour les former afin qu’ils puissent servir de modèles dans la société.» Aussi compte-t-elle mettre sur pied deux outils que sont le «Jury des imams» et «l’Ordre des imams».
La première structure aura pour rôle de convoquer les hommes politiques afin d’évaluer leurs programmes et l’impact que ces programmes auront sur nos valeurs et sur la société en générale pour permettre d’évaluer et d’apprécier.
A propos de l’Ordre des imams, le secrétaire général de la section/Thiès, Imam Mouhamadou Mbaye, se veut clair : «Parfois, un imam parle au nom de ses pairs alors que ce qu’il dit n’engage que lui. Pour éviter donc de tels dérapages, nous avons décidé de créer un ‘’Ordre des imams’’ pour indiquer l’imam qui a la crédibilité de parler au nom de ses pairs».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here