PARTAGER

Dans la même salle, pleine comme un œuf et où la chaleur se dégageait, a été attrait devant la barre un vieux. Son nom, Saliou Sarr. Il est âgé de 57 ans et père de 2 bouts de bois de dieu. Le quinquagénaire a été poursuivi pour tentative de vol commis avec usage de fausses clés. En effet, il aurait été surpris en train d’ouvrir la porte d’un appartement au 3ème étage d’un immeuble à Dakar. Le quartier où l’affaire s’est produite n’a pas été révélé. La version contenue dans le procès-verbal a été balayée d’un revers de la main par le prévenu. Il s’est rendu sur les lieux, dit-il, pour aller récupérer son argent auprès d’une personne qui lui devait son dû. Ni le nom de celle-ci ni des détails sur cette créance n’ont été précisés par le vieux Sarr. «Vous êtes une personne âgée. Ce qu’on attend de vous, ce n’est pas de nous prendre comme des enfants», peste la représentante du ministère public. Elle a rappelé au prévenu qu’à «l’enquête préliminaire, il avait reconnu la tentative de vol. Il a déclaré avoir acheté les clés au parc Lambaye et qu’il est atteint d’une maladie qui lui pousse à aller ouvrir les portes».
En conclusion, la représentante du Parquet a indiqué que «les faits sont constants». Elle a requis l’application de la loi. «Arrêtez ces genres d’agissements, sinon vous allez passer votre vie en prison ou vous serez lynché un jour», lui conseille madame le procureur. L’avocat du  vieux Sarr, quant à lui, il a demandé au Tribunal de «considérer son âge».
Saliou Sarr a été reconnu coupable. Il a été condamné à 2 ans de prison assortis du sursis. Resté assis durant tout le procès, car atteint de «nerf sciatique», le vieux prévenu a été soulagé après le prononcé du verdict. Il avancera tout doucement vers le box des accusés sous le regard du public, mais aussi de ses codétenus qui attendaient leur tour.

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here