PARTAGER

La famille Seck de Thiénaba est divisée par le projet de construction de la Maison des hôtes. Un projet initié par l’Etat du Sénégal dans le cadre de son Programme de modernisation des cités religieuses. Les membres de la famille de Serigne Mor Talla Seck refusent l’érection de cette infrastructure sur leur terrain. Un site proposé par le Khalife général de Thiénaba, Serigne Cheikh Tidiane Seck.

Thiénaba était sous haute tension hier. Il a fallu l’intervention des éléments de la Gendarmerie nationale pour baisser la tension ambiante. En effet, la construction de la Maison des hôtes de la cité religieuse de Thiénaba par l’Etat du Sénégal divise la famille Amary Ndack Seck. Les petits-fils du deuxième Khalife général de Thiénaba Seck, Serigne Mor Talla Seck, accuse l’actuel Khalife général, Serigne Cheikh Tidiane Seck, de faire du forcing sur le site qui devra abriter cette infrastructure. Face à la presse hier, et devant une forte présence policière pour calmer les ardeurs des deux camps maraboutiques, le porte-parole de la famille de Mor Talla Seck «Gor Bu Mag», Bara Assane Seck est sans appel : «Tant que nous serons en vie, la Maison des hôtes ne sera pas érigée sur notre terrain qui appartenait à notre père. Ce terrain nous a été légué par notre défunt khalife. On n’acceptera jamais le projet du khalife Cheikh Tidiane Seck parce qu’il fait du forcing. Nous avons écrit une lettre au Président Macky Sall, au ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo mais personne n’a répondu à notre correspondance. Nous savons que le khalife a plus de pouvoir que nous mais nous demandons aux autorités de nous venir en aide sinon un événement tragique pourrait se produire entre les deux camps.»  Le petit-fils du fondateur de Thiénaba  explique que le terrain proposé par le khalife pour abriter la Maison des hôtes leur appartient depuis 1882, date de la création du village de Thiénaba Seck. «C’est un bien familial qui nous revient de droit. Le khalife Cheikh Tidiane Seck a déjà vendu des terrains dans ce village. Et maintenant, il veut avec le soutien de l’Etat, construire une Maison des hôtes sur notre terrain. C’est inadmissible et c’est impensable», laissera-t-il entendre. Bara Assane Seck fera remarquer que l’Etat a entamé le même projet de modernisation des cités religieuses dans d’autres foyers religieux de ce pays, et pourtant, dit-il, il n’y a jamais eu de différend. «Pourquoi on ne peut pas avoir un consensus à Thiénaba ?, s’interroge-t-il. Il y a beaucoup d’espaces pour construire cette infrastructure.» Il précise toutefois : «Nous ne sommes pas contre ce projet mais nous avons demandé au Khalife général de Thiénaba de choisir un autre endroit. Il a le pouvoir et notre soutien. Mais, il veut vaille que vaille démolir certaines de nos habitations pour ériger la Maison de ses hôtes. S’il persiste, il nous trouvera toujours sur son chemin.» Serigne Niakha Seck a,  pour sa part, estimé qu’il n’est pas question de céder leur terrain qui date de plus de 135 ans. «Ce village n’a pas été fondé en 2017. Pourquoi attendre plus de 100 ans après pour vouloir récupérer notre terrain pour la construction d’une Maison des hôtes. Les proches du khalife étaient en réunion lundi pour peaufiner des stratégies. Mais, il faut qu’ils sachent que nous ne reculerons pas devant cette situation. Personne ne peut nous déposséder de notre terrain», précise Serigne Niakha Seck qui invite cependant, les chefs religieux à agir pour mettre un terme à cette situation qui perdure.
Interpellés, les proches du Khalife général de Thiénaba refusent de se prononcer sur la situation.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here