PARTAGER

«La pléthore des candidatures à Thiès est plus défavorable au Rewmi qu’au Benno.» L’avis est du leader du mouvement Alternative citoyenne/And nawlé. Abdou Fall qui s’exprimait en marge d’une rencontre d’échange, de partage et de sensibilisation de ses militants sur les enjeux du parrainage, estime que «même si cette inflation de candidatures thiessoises ne peut en aucun cas représenter une menace pour la coalition Benno bokk yaakaar, il demeure qu’elle mérite d’être analysée». Et il dit : «Personnellement, je pense qu’en politique il faut emprunter l’escalier plutôt que l’ascenseur. Malheureusement, aujourd’hui tout le monde veut emprunter l’ascenseur et se retrouver au sommet. Même si je refuse de juger les ambitions et les engagements des gens, je trouve néanmoins que cela ne paraît pas du tout raisonnable. Mais le fait est là et on en prend acte.»
L’ancien ministre sous Wade pense que si ce phénomène doit représenter une menace, ce ne sera pas du côté de la mouvance présidentielle mais plutôt du côté du Rewmi et de son leader. «En vérité, depuis les dernières élections, Rewmi n’a plus une majorité absolue à Thiès. Il n’a engrangé 50% de voix dans aucune des trois communes de la ville de Thiès», ajoute-t-il. Et le membre du Secrétariat exécutif de l’Apr souligne que les candidats qui viennent «vont plus puiser dans le vivier de la force majoritaire que dans celui d’une force qui est dans le processus d’une dynamique ascensionnelle».
Par ailleurs, le président du mouvement And nawlé a réagi sur la violence verbale qui s’invite de plus en plus sur la scène politique. «C’est la conséquence d’une perversion du système démocratique sénégalais. Laquelle perversion fait que de plus en plus le débat politique porte moins sur des projets et programmes que sur des attaques personnelles. Je considère que c’est une tendance qu’il ne faut pas encourager et à laquelle il faut mettre un terme. Notre pays a atteint un niveau de maturité de son système démocratique qui doit appeler de la part des acteurs qui ont l’ambition et la prétention de gouverner à plus de hauteur dans la gestion du débat politique», considère M. Fall.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here