PARTAGER

L’affaire des faux certificats de résidence continue de faire débat à Pékesse. Face à la presse, les mis en cause, à leur tour, chargent le maire de la commune. «Le maire a inventé cette histoire pour porter plainte contre des responsables de l’Apr très proches de Pape Dieng que nous sommes pour essayer de semer le doute au niveau de la population et briser cette affluence massive des gens vers le parti», soutiennent-ils. Mais heureusement, indique leur porte-parole Meïssa Diop, «les enquêtes menées dans ce sens par la justice ont prouvé que l’accusation n’était pas fondée». Pour eux, «au lieu de passer tout son temps à demander des cotisations aux femmes dans le cadre de partenariat avec le réseau Rapid, le maire de Pékesse ferait mieux d’apporter des éclaircissements sur les 40 millions de F Cfa qu’il a hérités de la gestion de son prédécesseur pour la construction du deuxième poste de santé». M. Diop et Cie d’ajouter : «Pourquoi les fournitures scolaires qui ont été votées sur les fonds de dotation de 2016, engagées et payées, n’ont pas été totalement livrées ? Jusqu’à présent, élèves et enseignants attendent le reste de ces fournitures à quelques semaines de la fin de l’année scolaire.» Par conséquent, ils demandent aux organes de contrôle de l’Etat de venir fouiller la gestion de la commune de Pékesse.
Au-delà, ces militants apéristes, proches du directeur général de la Suneor, invitent à «plus de cohésion pour assurer une majorité au Président Macky Sall». Meïssa Diop et ses camarades s’engagent, dans ce sens, à «continuer la sensibilisation des militants pour les pousser à s’inscrire massivement sur les listes électorales». Ils assurent : «Notre responsable Pape Dieng et nous tendons la main à toute la population de la commune de Pékesse pour qu’on puisse travailler ensemble au sein de l’Apr pour le développement de notre cher Cayor.»

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here