PARTAGER

Cinq disciples, dont deux des fils du représentant du khalife général des Mourides à Thiès, Serigne Saliou Touré, seront jugés aujourd’hui au Tribunal des flagrants délits de Thiès pour les délits d’association de malfaiteurs, coups et blessures volontaires, outrage à agents, violence et voie de fait, insulte publique via les réseaux sociaux, destruction de biens appartenant à autrui. Khadim Touré, Saliou Mbène Touré, deux fils de Serigne Saliou Touré, et Saliou Bane, Mor Talla Dieng et Khadim Ndoye sont accusés d’avoir agressé Serigne Moustapha Abdoul Lacrab Mbacké le 12 août à la grande mosquée mouride de Thiès.
En effet, l’émissaire du khalife général des Mourides Serigne Mountakha Mbacké était venu discuter avec les disciples sur la désignation provisoire d’un imam et d’un intendant de la grande mosquée des Mourides plus connue sous le nom de «Jaakay Mouride», car «Serigne Saliou Touré, affecté par la maladie et l’âge, ne peut plus assumer de telles charges». Et d’après les témoignages recueillis sur place, l’émissaire du khalife, à peine qu’il avait annoncé le nom de Serigne Fallou Ndiaye pour la succession de Serigne Saliou Touré, que ses talibés «se seraient rués sur lui en lui donnant de terribles coups de poing sur la tête». Il a fallu l’intervention de la police pour l’exfiltrer de la mosquée.
Excédés, les talibés seraient partis saccager les domiciles de Serigne Fallou Ndiaye et Ibrahima Faye qu’ils accusent d’avoir été voir le khalife pour remplacer Serigne Saliou Touré encore en vie. «Ils se sont rendus à Touba avec d’autres disciples voir Serigne Mountakha Mbacké pour discuter avec lui sur cette question. Nous ne voulons pas qu’il soit déchargé de ses fonctions d’imam et d’intendant de la communauté mouride», avaient déclaré les talibés qui dénonçaient «le retournement de veste de Serigne Abdou Lacrab et l’ont invité à dire ce qui l’oppose réellement à Serigne Saliou Touré».
Suite à ces événements, une plainte a été déposée par l’avocat de la partie civile, Me El Hadji Diouf, pour «tentative d’assassinat», car «nous avons présenté deux certificats médicaux faisant état de blessures au niveau de l’œil du marabout avec une incapacité temporaire de travail de 60 jours l’un, et l’autre de contusions corporelles avec une incapacité de travail de 10 jours», plaide-t-il. Un crime qui n’a pas été finalement retenu par les policiers-enquêteurs par manque de preuves. Finalement, ils seront jugés aujourd’hui pour les délits d’association de malfaiteurs, coups et blessures volontaires, outrage à agents, violence et voie de fait, insulte publique via les réseaux sociaux, destruction de biens appartenant à autrui.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here