PARTAGER

Pour renforcer la résilience des communautés de 20 villages dans les départements de Thiès et Tivaouane, à travers des actions intégrées, portées par et pour les communautés ciblées, la Croix-Rouge sénégalaise, avec l’appui de celle de la Belgique, a lancé, hier à Thiès, le Projet intégré de renforcement de la résilience communautaire 2017-2021 dans la région de Thiès.

La Croix-Rouge sénégalaise vient de lancer à Thiès le Projet intégré de renforcement de la résilience communautaire 2017-2021 dans la région de Thiès. Il s’agit en effet avec ce dit projet de mieux renforcer la résilience des communautés de 20 villages dans les départements de Thiès et Tivaouane, à travers des actions intégrées, portées par et pour les communautés ciblées. Financé par la Croix-rouge belge à hauteur de 500 millions de F Cfa, le projet s’inscrit, selon Abdoul Aziz Diallo, dans la nouvelle vision de la Croix-Rouge sénégalaise d’être une société nationale financièrement autonome qui dispose des ressources humaines compétentes et des comités départementaux opérationnels, qui s’engagent à rendre des services de qualité aux communautés vulnérables. Le président du comité national de la Croix-Rouge sénégalaise, indique que le projet, qui couvrira les départements de Thiès et Tivaouane pour une durée de cinq ans, démontre «l’engagement» de son organisation dans l’amélioration des conditions d’existence des communautés les plus vulnérables. Lequel projet tournera essentiellement sur des activités qui prendront en compte «la dimension de mitigation ou d’atténuation des risques environnementaux et des problèmes sanitaires identifiés par les communautés, en œuvrant pour la promotion des bonnes pratiques de santé communautaire et d’hygiène, ainsi que la protection de l’environnement et des ressources naturelles». Pour dire, selon M. Diallo, que le programme va contribuer à la mise en œuvre de la politique de santé communautaire de l’Etat du Sénégal, par la promotion de la nutrition communautaire, de la santé maternelle et infantile et autres thématiques prioritaires identifiées par les districts sanitaires. Abdoul Aziz Diallo fera remarquer que les sociétés nationales de la Croix-Rouge du Sénégal et de la Belgique, ont signé un accord «de coopération humanitaire pour la mise en œuvre de cet important projet communautaire, dans leur mission d’auxiliaires des pouvoirs publics, neutres et indépendantes». A ce titre, poursuit-il, «la Croix-Rouge sénégalaise s’engage pour une réponse communautaire durable, grâce à son expertise, son réseau de volontaires et son ancrage communautaire pour assurer la mise en réseau des communautés ciblées, renforcer leurs liens avec les services étatiques et leur autonomie dans la gestion des actions développées. Partout dans le pays, elle compte sur la disponibilité de 60 000 membres et la mobilisation de plus de 20 000 volontaires dans l’implémentation des activités de préparation, de réponse aux situations de conflits, de tensions, de catastrophes naturelles et d’autres situations humanitaires pour aider, secourir ou protéger les personnes en attente d’une assistance. Notamment dans nos programmes de préparation et de réponse aux catastrophes, de l’insécurité alimentaire, des changements climatiques. Aussi de la lutte contre la malnutrition aiguë des enfants, des femmes enceintes et allaitantes. Sans compter  la formation aux premiers secours, la promotion des idéaux et des valeurs humanitaires, la diffusion du droit international humanitaire, la sensibilisation pour le respect de l’emblème de la Croix-Rouge et de la loi qui le protège au Sénégal. De même «des activités de recherche des personnes portées disparues et de soutien à leurs familles, de rétablissement des liens familiaux et de développement institutionnel de notre société nationale au profit des communautés les plus vulnérables, en fonction des limites de nos moyens et de ceux de nos partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge». Le président du Comité national de la Croix-Rouge de terminer par signaler que l’engagement communautaire de son organisation a été magnifié en 2016 par l’assistance alimentaire et sanitaire de 12 752 bénéficiaires dont 763 enfants de moins de deux ans, 705 femmes enceintes et femmes allaitantes dans le département de Goudiry. Egalement, le dépistage de plus de 180 000 enfants de 6 à 59 mois dans la région de Louga, à travers le programme de transfert monétaire financé par la Dg d’Echo. «II s’est aussi renforcé par la construction et l’ouverture de l’école paramédicale et de premiers secours ici au siège de la Croix-rouge de Thiès. Et dans la région de Sédhiou, notre projet de santé communautaire réalisé avec la Croix-Rouge espagnole, a touché plus de 20 000 personnes directement ciblées.» Il en est de même, selon lui, du programme d’aménagement de 350 cases durables en cours de réalisation dans la commune de Ronkh dans la région de Saint-Louis avec la Croix-Rouge luxembourgeoise. Autant d’activités de résilience qui méritent, selon M. Diallo, d’être citées en exemple auprès des communautés les plus défavorisées.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here