PARTAGER

Le maire de Thiès, Talla Sylla, et l’ambassadrice de la République Tchèque au Sénégal, Linka Pokoma, ont présidé hier à Thiès la clôture du «Camp chirurgical», organisé au Centre hospitalier régional Amadou Sakhir Ndiéguène. Un camp qui a permis d’opérer une vingtaine de femmes souffrant de lésions précancéreuses.

Le Centre hospitalier régional El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène de Thiès vient de clôturer un «Camp chirurgical» organisé par la ville de Thiès en partenariat avec l’ambassade de la République Tchèque au Sénégal. Un camp qui a permis à plus d’une vingtaine de patientes de subir des examens et interventions chirurgicales des lésions précancéreuses. Une initiative à perpétuer, selon le directeur de l’hôpital régional de Thiès, Babacar Mané, qui indique que «la mission médicale nous a permis d’assurer un service public à plus d’une vingtaine de femmes et de les épargner des lésions précancéreuses. Les médecins tchèques se sont mobilisés pour nous aider à rendre un service public aux populations. Nous devons nous engager à poursuivre ce compagnonnage et se renforcer mutuellement en termes de compétences, au grand bonheur des patients», explique Dr Mané. En effet, ces femmes ont bénéficié des services d’une équipe de médecins spécialistes de la République Tchèque qui effectuaient une mission au Centre hospitalier régional de Thiès. Au terme de la mission, 23 patientes ont été examinées dont 11 opérations subies pour un montant global de 1 million 500 mille F Cfa. Une seule intervention chirurgicale devait coûter 120 mille F Cfa à la patiente. Et pour Dr Daniel Driak qui dirigeait la mission, «le travail n’a pas été facile du fait de la vétusté du matériel médical. Mais tout s’est bien passé. Nous avons eu une petite difficulté liée à la communication parce que la majeure partie des patientes ne parlaient pas français encore moins l’anglais. En plus, le matériel que nous avons trouvé sur place est trop classique pour ne pas dire pauvre. Néanmoins, nous avons apporté, en venant, un petit matériel qui nous a permis de faire ce travail. Heureusement, tout s’est très bien passé», s’est-il réjoui. S’exprimant au cours de la cérémonie de clôture du «Camp chirurgical», le chef de la délégation, Dr Daniel Driak, de préciser que les bénéficiaires ont été choisies par les chefs des différents services de l’hôpital. Non sans féliciter les médecins sénégalais qui font «un excellent travail même s’ils font face à ce déficit de matériels. Ils se débrouillent avec leurs matériels et parviennent à faire de très bonnes interventions chirurgicales».
Par ailleurs, l’ambassadrice de la République Tchèque au Sénégal, Linka Pokoma, a quant à elle indiqué que la mission médicale a rendu la vie de certaines femmes moins difficile avant d’annoncer qu’une autre mission de médecins spécialisés en Orl reviendra à Thiès en octobre 2017. «Les consultations se feront sur place afin que les médecins sénégalais puissent bénéficier à nouveau du savoir-faire de leurs collègues.» Elle ajoute : «C’est la première fois que nous intervenons dans le secteur de la santé au Sénégal. La mission médicale va continuer aussi bien en ophtalmologie qu’en Orl. Nous sommes prêts à poursuivre le travail déjà entamé», promet Mme Linka Pokoma. Pour sa part, Talla Sylla, par ailleurs président du Conseil d’administration de l’hôpital régional de Thiès, a dit toute sa satisfaction à l’équipe de médecins tchèques qui ont travaillé sans relâche pour apporter un  «soutien constant» aux citoyens sénégalais. Pour lui, «soulager un citoyen est une priorité et une option humaine». Et de terminer pour dire que «la ville de Thiès va avancer avec la République tchèque au grand bonheur des populations de la Cité du Rail».

Vétusté du plateau
En plus, Dr Babacar Mané  a invité les autorités à participer au redressement du plateau technique du centre hospitalier, car outre l’acquisition de l’appareil de chimiothérapie, la structure doit disposer d’une radiothérapie. «L’hôpital régional de Thiès a mis en place, depuis un an, une unité de chimiothérapie pour pouvoir assurer le suivi et la prise en charge des cancers au niveau de la région de Thiès et au-delà. Dans le passé, ces préoccupations étaient prises en compte à Dakar et c’était extrêmement difficile. Les malades qui ne sont pas de Dakar ne pouvaient pas se rendre régulièrement dans la capitale pour une activité de chimiothérapie. Nous disposons des compétences et des médicaments pour la prise en charge. A l’exception de la radiothérapie, tous les malades qui ont besoin d’être pris en charge dans le domaine du col de l’utérus et du sein peuvent venir ici», fera savoir Dr Mané qui estime que l’ambassade de la République Tchèque a octroyé une enveloppe de plus de 3 millions de F Cfa pour participer au relèvement du plateau technique de l’éta­blissement.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here