PARTAGER

271 324 enfants âgés de 9 mois à 5 ans sont ciblés à Thiès pour la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole, estime Binta Guèye, responsable du Bureau régional de l’éducation et de l’information pour la santé à la région médicale de Thiès. Elle informe que 162 équipes de vaccination vont sillonner les 9 districts sanitaires de la région. Il s’agit de  Thiès, Tiva­ouane, Mékhé, Khombole, Pout, Mbour, Joal-Fadiouth, Popon­guine et Thiadiaye. S’ex­pri­mant en marge d’une rencontre d’information destinée à la pres­se.
Au-delà, la responsable du Bureau régional de l’éducation et de l’information pour la santé assure que le ministère de la Santé a pris toutes les mesures nécessaires pour le bon déroulement de la campagne : «Les doses de vaccin, les seringues, les solvants et les autres outils dont auront besoin les équipes de vaccination sont déjà disponibles.» Et concernant Thiès, elle renseigne que «332.000 doses de vaccination sont mises à la disposition de la région médicale de Thiès. Un nombre largement supérieur à celui des en­fants ciblés pour la campagne».
Au niveau de la ville de Thiès, le District sanitaire espère faire vacciner au moins 95 % des enfants, affirme Ibrahima Seck, chargé du Programme élargi de vaccination (Pev). Il estime que les enfants doivent être vaccinés afin de les protéger ou de renforcer leur protection par rapport à ces deux maladies. Et l’objectif stratégique du Sénégal, selon M. Seck, est d’éradiquer la rougeole à l’horizon 2020. «Il y a la vaccination de routine et les campagnes de vaccination qui viennent renforcer l’immunité des en­fants. Elles visent à suivre les enfants qui n’avaient pas eu la chance d’avoir une dose, c’est l’occasion d’en recevoir, et si l’enfant avait déjà reçu une dose, c’est le moment de consolider l’immunité de l’enfant.» Il renseigne : «A Thiès depuis des années on a pu eu de cas de rougeole. C’est dû à la vaccination. Donc cela doit nous pousser à maintenir la cadence parce que quand on relâche, on risque d’avoir des épidémies ou des cas par-ci et par-là.» Pour dire, selon lui, «c’est le moment d’inciter les populations à amener les enfants au niveau des points de vaccination».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here