PARTAGER

Les agents des gares de Dbf sont irrités par les mesures de confinement auxquelles ils sont été astreints sans «mesures d’accompagnement» dans ce contexte de propagation communautaire du Covid-19.

C’est un signal d’alerte : «le confinement» des agents des gares de la société Dakar-Bamako ferroviaire, «sans mesures d’accompagnement», irrite le porte-parole de l’Entente de l’exploitation de l’entreprise ferroviaire. En effet, explique Babacar Gaye, «l’Adminis­trateur général a sorti une note le vendredi 10 avril pour imposer à ces agents un confinement de 48 h». Une décision qui «expose ces derniers au Covid-19», parce que, relève-t-il, «les mesures établies par les autorités sanitaires pour protéger les citoyens contre cette pandémie ne sont pas respectées au niveau de ces gares». Il s’interroge : «Comment peut-on confiner des travailleurs en cette période où la transmission communautaire de cette maladie inquiète tant les autorités ? Lesquelles ont même eu à diminuer le temps de travail dans certains services.» Pendant ce temps, remarque-t-il, «au niveau de Dbf, on nous impose de doubler nos horaires dans des établissements ferroviaires sans eau, ni toilettes, encore moins de matériels de protection». Pis, «nous sommes en contact permanent avec le personnel d’entreprises différentes».
Par ailleurs, le porte-parole de l’Entente de l’exploitation de Dbf demande ainsi aux «autorités, de s’autosaisir pour freiner le manque de respect manifeste de l’administration de Dbf dans la lutte contre la propagation du Covid-19». Outre cet appel lancé aux autorités, M. Babacar Gaye a demandé le paiement de «l’intégralité des dépassements d’amplitudes horaires dans les gares des agents de l’exploitation qui est de 67h ». Sinon il menace «d’arrêter le confinement des agents dans les gares qui ne respectent pas les mesures d’hygiène».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here