PARTAGER

Thiès, onzième région à recevoir la délégation du ministère du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale dans le cadre des activités de distribution de l’appui alimentaire, a servi de cadre à Mansour Faye pour faire un bilan d’étape devant le Général François Ndiaye, président du Comité de suivi du Force-Covid-19.

«L’extension et la stabilisation du Registre national unique (Rnu) a donné un résultat extraordinaire puisqu’à l’heure où nous vous parlons, nous n’avons reçu aucune réclamation venant des quartiers et des villages», s’est réjoui le ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale, Mansour Faye, hier, dans la commune de Pout, lors de la cérémonie de lancement des opérations de distribution des kits alimentaires destinés à soutenir les ménages vulnérables contre les effets économiques du Covid-19 dans la région de Thiès. Devant le Général François Ndiaye, président du Comité de suivi du Force-Covid-19 qui s’est déplacé spécifiquement à Thiès, le ministre-maire de Saint-Louis a tenu à faire un bilan d’étape d’une tournée qui l’a mené dans 11 régions du Sénégal. D’abord, il a souligné que «c’est une conjugaison de beaucoup d’efforts pour arriver à ce résultat». Et évoqué «l’initiative du président de la République de doter un million de ménages d’un appui alimentaire d’une valeur à peu près de 69 milliards de francs Cfa». Laquelle initiative a mobilisé «le ministère du Dévelop­pement communautaire pour non seulement une procédure d’acquisition, mais une définition des termes de référence envoyés aux gouverneurs de toutes les régions du Sénégal. Lesquels termes de référence ont permis de stabiliser le Registre national unique (Rnu) qui constitue une partie du million de ménages bénéficiaires».
A ce titre, il a indiqué que ledit Rnu «est un genre de document qui renferme au moins entre 10 et 15% de taux d’erreurs d’exclusion et d’inclusion». Un travail donc hautement réalisé par l’Administration sous l’encadrement de l’Administration territoriale qui a abouti «à l’extension du document pour atteindre le million». Ainsi, estime-t-il, «411 mille 955 ménages, répartis dans les 552 communes que compte le Sénégal suivant une clé de répartition bien définie à partir de la carte de la pauvreté, mais aussi en combinant la démographie, ont été ajoutés». Laquelle clé de répartition, poursuit-il, «a permis à toutes les communes de recevoir leur part sur l’extension. Un travail qui a été très bien fait par l’Admi­nistration communale encadrée par toutes les forces vives autour du Covid-19». Il cite notamment les délégués de quartier, les chefs de village, la société civile, les associations de femmes et de jeunes, les imams et curés et toutes les notabilités qui portent une voix au niveau local.
Outre ce bilan d’étape, le ministre est largement revenu sur les retards notés dans la distribution de l’appui alimentaire. Et c’est pour justifier que «c’est une opération d’une très grande envergure. Mon engagement était le 19, c’est-à-dire la date d’aujourd’hui (hier). Mais Dieu merci, en quasiment six semaines, nous avons réussi à faire le tour du Sénégal et à faire en sorte qu’au moins toutes les denrées soient présentes au minimum au niveau de chaque localité. Et certainement, les communes vont terminer les opérations en direction des bénéficiaires dans un délai très court. Peut-être que ça prendra au maximum 15 jours». Aussi le ministre du Développement communautaire n’a pas manqué de signaler «l’importance de l’opération» d’autant que «dans certains départements, l’expression insécurité alimentaire était en cours». Il se réjouit que «ce plan de riposte apporte des éléments de réponse par rapport à cette insécurité alimentaire» puisque, dit-il, «les ménages qui sont choisis, sélectionnés, enrôlés sont autorisés à recevoir cet appui alimentaire».
S’agissant de Thiès, la troisième région en termes de volume devant accueillir l’appui alimentaire, «le riz est quasiment au complet. Les autres denrées sont en cours d’acheminement. Et nous comptons terminer l’ensemble des expéditions avant la fin de la semaine ou au plus tard d’ici la fin de la semaine».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here