PARTAGER

Le retrait des groupements de femmes du département de Thiès de la liste des bénéficiaires de moulins n’a pas l’heur de plaire aux maires des communes de la Cité du Rail. Ces derniers affichent leur détermination à rétablir dans leurs droits les bénéficiaires.

A Thiès, la décision du coordonnateur du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) de retirer les groupements de femmes de la Cité du Rail de la liste des bénéficiaires de moulins dans le cadre de ce programme ulcère les maires des communes de Thiès-Est, Thiès-Ouest et Thiès-Nord. Face à la presse hier, ils ont dénoncé «une décision politique» et comptent se battre pour que les bénéficiaires soient rétablies dans leurs droits. Selon Alioune Sow, maire de la commune de Thiès-Ouest, «c’est une décision politique extrêmement grave prise par des autorités au niveau central dont le coordonnateur du Pudc qui a exclu tout simplement les groupements de femmes de la commune de Thiès». L’élu de rappeler qu’«il y a 10 jours, nous avions reçu des appels téléphoniques des sous-préfets des arrondissements de Thiès-Sud et Thiès-Nord, de la part de l’autorité préfectorale du département de Thiès, nous informant de choisir trois groupements de femmes et un mécanicien pour une formation parce qu’ils sont bénéficiaires de 5 moulins dans le cadre du Pudc. Alors, chaque maire avait envoyé une liste de 5 groupements de femmes». Ainsi, poursuit le premier magistrat de la commune de Thiès-Ouest, «les femmes étaient convoquées le vendredi (dernier), d’abord, pour subir une formation de même que les mécaniciens pour l’entretien des machines, et ensuite le samedi, pour recevoir ces machines. Ils se sont donc présentés le samedi (dernier) au niveau du département et à leur grande surprise une dame est venue leur dire qu’elle a reçu une liste via WhatsApp du coordonnateur du Pudc, lui informant que les groupements de femmes de Thiès Ville n’en font plus partis». Alors que «le nom des groupements de ces femmes étaient officiellement sur la liste le vendredi. Elles ont même subi une formation en ce sens». Et de signaler que «lorsque nous avons reçu l’information, nous avons joint le sous-préfet de Thiès-Sud qui nous a demandé de nous rabattre sur le préfet du département de Thiès qui, informé, a été surpris de voir que ces groupements de femmes ne figuraient plus sur la liste. Etant un administrateur, il nous a demandé, comme nous étions le week-end, de vérifier lundi pourquoi ces groupements de femmes ont été retirés de la liste». Le maire de préciser : «Nous n’avons rien à reprocher aux autorités administratives de Thiès» parce que, indique-t-il, «c’est une décision politique qui est venue surplomber la procédure administrative, ôtant les groupements de femmes de Thiès de ces dotations».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here