PARTAGER

Le socialiste Doudou Gnagna Diop est dans tous ses états. Il trouve, en effet, «inadmissible» que le Ps ne compte qu’un seul conseiller dans toutes les trois communes de Thiès. Et pour les prochaines Locales, il estime que son parti doit tout faire pour avoir plus d’élus.

Même si la date des élections locales n’est pas encore connue, la bataille autour du choix des élus locaux à Thiès est partie pour être âpre au sein de la coalition présidentielle. Benno bokk yaakaar (Bby) aura fort à faire dans les trois communes que sont Thiès-Est, Thiès-Ouest et Thiès-Nord. Et le premier à avoir donné le ton dans la Cité du Rail est le Parti socialiste qui a lancé le week-end dernier à Grand-Thiès, sa grande offensive de mobilisation de ses troupes pour «peser de tout son poids dans l’attribution des postes de conseillers et des mairies». Le Secrétaire général de la coordination 1B de Thiès-Ouest rappelle que «quand on fait de la politique, c’est pour avoir des résultats». Doudou Gnagna Diop estime, donc, que c’est le moment pour le Ps de Thiès. Pour ce faire, il pense «nécessaire» la présence des jeunes dans les instances de décision, c’est-à-dire «dans les conseils municipaux». Le socialiste juge «inadmissible de ne trouver dans l’ensemble des trois communes qu’un seul conseiller socialiste». Et de marteler : «Thiès, la ville du Prési­dent-poète, Léopold Sédar Senghor, reste le parent pauvre du Ps. Il n’y a aucun responsable qui a une responsabilité au niveau national. Je conteste cela. Le Ps doit tourner la tête vers Thiès parce que les Thies­sois sont motivés et restent des Socialistes. Ils se battent aussi pour conserver toutes les valeurs d’obédience socialiste», a constaté le responsable socialiste.
S’agissant du débat autour d’un 3ème mandat présidentiel pour l’actuel chef de l’Etat, Doudou Gnagna Diop pense plutôt à «l’hypothèse» pour la coalition présidentielle de «supporter un candidat du Ps en 2024». A sa suite, le Secrétaire général de l’Union communale socialiste est revenu sur la rencontre. «Nous sommes dans une phase de mobilisation, d’animation, de réveil des consciences et de rappel de nos camarades qui nous ont quittés. D’ici les Locales, nous aurons une percée telle qu’on sera obligé de tenir compte, à Thiès, du Parti socialiste dans l’attribution des conseillers et des mairies… Le moment venu, on voudra peser de tout notre poids pour avoir les représentations qui nous sont dues», a dit Ousseynou Keïta. Dans ce cadre, des renouvellements sont prévus pour les sept coordinations qui composent l’Union communale. Une initiative fortement saluée par Binta Fatim Dieng Diop, présidente du Mouvement de femmes socialistes de l’Union communale de Thiès. «Le parti doit se mobiliser et s’animer pour pouvoir s’affirmer lors les prochaines échéances locales», a-t-elle indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here