PARTAGER

En prélude à la 93e édition du magal annuel de Darou Ndiar, lieu de retraite spirituelle de Serigne Mor Dia, qui sera célébré le mardi 23 juillet 2019, Serigne Modou Aminata Sèye Dia a formulé des doléances à l’endroit du gouvernement. A la faveur d’un point de presse hier, l’autorité religieuse de Darou Ndiar a sollicité l’approvisionnement correct en eau de la zone de Diender, la réalisation du tronçon qui part de la route des Niayes à Darou Ndiar et l’axe Pout-Ndame Lô et la reconnaissance du statut de cité religieuse de Darou Ndiar.

L’approvisionnement en eau de Diender, la réalisation du tronçon qui part de la route des Niayes au village de Darou Ndiar et celui de Pout-Ndame Lô et la reconnaissance administrative de la localité, constituent les doléances du Khalife général de la cité religieuse, Serigne Aminata Sèye Dia. Il l’a affirmé hier au cours d’un point de presse. Selon son représentant officiel, Serigne Moustapha Dia, «la zone de Diender est confrontée à un manque criard d’eau depuis des mois. Les populations boivent à tour de rôle. Et pour approvisionner nos foyers nous allons recourir aux puits de la zone où aux forages implantés à l’intérieur des périmètres maraichers de la localité». Au même moment, fustige-t-il, «11 forages ont été mis en service dans la zone pour fournir en eau potable la capitale Dakar». En effet, le gouvernement a mis en service en 2018 des forages, une station de pompage, un réservoir de stockage de 1 500 m3 et une conduite d’adduction de 18,6 km entre Bayakh et Rufisque pour une production de 15 mille m3/jour. Les ouvrages d’un coût global de 13 milliards ont été réalisés par la Sones dans la zone de Diender dans le cadre du Programme spécial de renforcement de l’alimentation en eau potable de Dakar. Outre la question de l’alimentation en eau de la localité, le khalife de Ndiar a sollicité la réalisation du tronçon de 1,5 km, qui part de la route des Niayes au village de Darou Ndiar et celui de Pout-Ndame Lô qui reste, selon le religieux, une préoccupation de toute une localité. «L’axe Pout-Ndame Lô traverse des localités qui s’activent fortement dans le maraichage. Et pendant l’hivernage la route est impraticable. Ce qui cause beaucoup de difficultés aux producteurs, qui ont du mal à évacuer leurs produits maraichers», dit-il. A ces doléances s’ajoute la reconnaissance du statut de cité religieuse de Darou Ndiar. «La reconnaissance de cette date du grand magal de Serigne Mor Dia dans le calendrier étatique pour que Darou Ndiar puisse bénéficier des subventions dans le cadre de la célébration de ce dit évènement religieux est une demande forte du khalife», poursuit le représentant du khalife. Ce d’autant plus que, estime le président de la Fédération des dahiras de Serigne Mor Dia, Cheikh Bollé Mamadou Niang, «la cité religieuse occupe une place importante dans la vie religieuse du Sénégal pour avoir abrité l’hôpital mystique où des milliers de malades mentaux sénégalais ont séjourné». Il explique : «Ici à Darou Ndiar nous avons une particularité parce que nous soignons des milliers de patients déficients mentaux. Des Séné­galais amènent ici leurs patients, des fois ligotés, parce que dangereux. Lesquels sont ensuite pris en charge entièrement par le marabout, qui les nourrit et les soigne. Et en un laps de temps ils guérissent.» Un acte social, qui passe inaperçu, selon Cheikh Bollé Mamadou Niang, parce que, relève-t-il, «le pouvoir du khalife c’est de nourrir, soigner et de guérir gratuitement et sans aucune condition. Cela veut dire qu’il travaille pour l’Etat et pour tout le Sénégal, il mérite donc une reconnaissante administrative. Le khalife l’a toujours évoquée». Il insiste : «Le Khalife de Ndiar a béni l’agriculture et la pêche de la zone de Diender, c’est pourquoi il n’a jamais rien demandé à l’Etat. Mais aujourd’hui avec le développement de la zone, nous voulons une reconnaissance étatique pour élever le plateau de Darou Ndiar à un niveau spécial.» Aussi, dans son speech, Cheikh Bollé Mamadou Niang a tenu à inviter les autorités étatiques à venir visiter l’hôpital mystique de Ndiar «pour pouvoir se rendre compte de la grandeur et la dimension spirituelle de Serigne Mor Dia».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here