PARTAGER

Manifestant toute sa solidarité, lors de la marche des élèves et parents d’élèves du Groupe scolaire Yavuz Selim de la cité du Rail pour dénoncer la décision de l’Etat sénégalais de retirer la gestion dudit établissement à l’Association internationale tur­que, la parlementaire, Elène Tine pense qu’au «moment où le gouvernement parle de qualité dans l’éducation et d’équité, regarder un établissement comme Yavuz Selim, qui a toujours fait dans l’excellence, subir ces assauts qui ne visent rien d’autre qu’à démanteler l’établissement scolaire». Elle se dit, «surprise de savoir que l’Etat s’est limité à faire des déclarations intempestives qui ont mis le désarroi dans cet établissement, aussi bien au sein des élèves qu’au sein des équipes pédagogiques». D’où son appel à l’Etat à «remettre les choses à l’endroit parce que des déclarations qui ne sont pas suivies d’actes concrets c’est juste pour déstabiliser ces enfants qui sont nos enfants et nos petits-enfants et qui depuis des semaines ne peuvent plus étudier. J’appelle donc l’Etat à revenir à la raison». Pour la député «ce qui se passe, se passe ici au Sénégal. Ça ne se passe pas en Turquie. Et ce qui se passe en Turquie entre des politiques ne nous intéresse pas. Nous sommes un Etat souverain et nous devons nous assumer en tant que Etat souverain». Ainsi et de conclure en demandant au président de la République, «en revenant de France d’être le père Noël pour les enfants de Yavuz Selim. Qu’il soit le père Noël qui va leur annoncer la bonne nouvelle qu’ils peuvent retourner en classe et étudier et que Yavuz Selim va demeurer comme il en a été pendant 20 ans avec ses excellents résultats parce qu’on parle au Sénégal de qualité et d’équité dans l’éducation».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here