PARTAGER

Le leader de Frapp/France dégage a rendu visite hier aux membres du mouvement And taxawu commune Chérif Lô (Atcc). Guy Marius Sagna a dénoncé avec énergie «la mafia et la délinquance foncières en cours dans la commune», critiquant «la complicité des autorités administratives». En attendant, il réclame la suspension des délibérations et un audit du foncier communal.

Guy Marius Sagna n’est pas près de ranger son «fusil». Le responsable du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (Frapp/France dégage) continue de tirer sur ceux qu’il qualifie de «bandits fonciers». «Ousmane Sarr, maire de la commune de Chérif Lô, en fait partie», a-t-il lâché hier pour soutenir le mouvement And taxawu commune Chérif Lô (Atcc). Pour monter «son total désaccord face aux manœuvres et à la mafia foncière qui sévissent dans la commune de Chérif Lô», l’activiste pense que «le virus de la spoliation foncière est plus dangereux que le coronavirus». M. Sagna de poursuivre : «Ici à Chérif Lô, nous sommes dans l’acte 3 de la spoliation foncière. Et c’est cet acte 3 que nous sommes venus combattre et dénoncer. Nous devons combattre les tailleurs fonciers qui sont en train de taillader toute la commune, de la transformer en parcelles pour leur enrichissement personnel.» Aux populations sénégalaises, ce membre du mouvement Aar li ñu bokk demande de «ne jamais commettre l’erreur de mettre à la tête de leur mairie un promoteur immobilier». Guy Marius Sagna interpelle les autorités administratives. «Nous ne pouvons pas accepter que le maire Ousmane Sarr accapare toutes nos terres pour ses intérêts et ceux de ses complices devant le silence complice du sous-préfet de Pambal, Ndiogou Ndong, et du préfet. Nous pensons que le sous-préfet doit jouer son rôle, celui de défendre les intérêts de la population. Au début, il nous dit que les lotissements ne respectent aucune loi et, après, ce même sous-préfet vient nous dire que ces lotissements sont conformes à la loi. C’est tout simplement scandaleux», déplore-t-il.

Pour la suspension de toutes les délibérations et un audit du foncier
Outre les dénonciations, Guy Marius Sagna a aussi fait des propositions, notamment «la suspension de toutes les délibérations foncières pour arrêter le mal que Ousmane Sarr est en train de faire, mais aussi un audit foncier communal». Membre également du Collectif Ño lank, il a interpellé le chef de l’Etat sur les décrets qui «auraient dû être pris pour identifier et délimiter partout au Sénégal les zones de terroir classées urbaines et celles pour les investissements». A l’en croire, si cela avait été fait, on aurait su dans la commune de Chérif Lô quelle est la partie réservée pour les forêts classées, pour les paysans, les éleveurs et leurs activités, les investisseurs et la zone urbaine. Guy Marius Sagna d’alerter : «Si nous n’y prenons garde, les populations de Chérif Lô vont être transformées en ouvriers agricoles sur leurs propres terres. Et cela est inacceptable.» Depuis plusieurs mois, les membres du mouvement Atcc dénoncent la gestion foncière sur les délibérations des lotissements de Thiaoune Kounta, Ndiakhaté Amar, mais aussi de toutes les autres délibérations issues de l’extension des villages de Chérif Lô, notamment Ndiakhaté Ndiassane, Thiaoune Bambara et Sérère, Keur Yoro Sadio et le périmètre de 40 ha à Chérif Penku. La liste est loin d’être exhaustive.
Nos tentatives pour joindre le maire de la commune de Chérif Lô, Ousmane Sarr, sont restées vaines. Le sous-préfet de Pambal, Ndioguou Ndong, quant à lui, préfère ne pas se prononcer sur la question.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here