PARTAGER
DCF 1.0

Les travaux du Programme de modernisation des villes (Promovilles) ont accusé un retard et ne seront pas terminés à date échue. En visite pour s’enquérir de l’état d’avancement des réalisations, le préfet du département de Thiès, en compagnie de la coordonnatrice nationale du projet, rassure que ces travaux seront livrés en décembre 2018.

Le Programme de modernisation des villes (Promovilles) entamé à Thiès en 2016, d’un coût global de 8,7 milliards de francs Cfa, sur un linéaire de 12,5 km, se poursuit. La visite le week-end de la coordonnatrice nationale dudit projet, Astou Diokhané Sow, et du préfet du département de Thiès, Fodé Fall, au niveau des chantiers des axes routiers Randoulène-Som, Hôpi­tal régional-Keur Dago, Amitié Sofraco-Mbour III et Cité Lamy, pour faire le point sur l’état d’avancement des travaux a permis de constater qu’ils ont un taux d’exécution de 15%. Mais, rassure l’autorité préfectorale, «les travaux seront livrés en décembre prochain». Fodé Fall, par ailleurs président du Comité départemental de suivi de la mise en œuvre du Promovilles, dit tout son optimisme quant au respect du délai de livraison des travaux. «Nous avons fait du suivi de l’exécution des travaux du Promovilles l’une de nos plus grosses priorités. Je pense qu’ils vont être livrés dans les délais requis. Les populations ont toujours manifesté l’espoir de voir se réaliser ce grand chantier qu’on a démarré à Thiès. Donc, il est de notre devoir, en tant que relais des pouvoirs centraux, de veiller à la bonne exécution de ces différents projets». «Nous sommes très satisfaits de ce que nous avons vu sur le terrain. Les choses commencent à bouger. A ce rythme, nous pensons que d’ici décembre 2018, les travaux déjà démarrés pourront être livrés au profit des populations. Nous pensons que nous sommes sur la bonne voie. Je peux être optimiste par rapport à l’atteinte de ces objectifs», dira M. Fall qui se dit fier de la «pertinence d’un tel projet» qui est une sorte de «package inédit qui prend en compte plusieurs volets tels que l’assainissement, le pavage des rues, le bitumage, l’éclairage public, les aménagements paysagers, etc.».
Pour sa part, la coordonnatrice nationale du Promovilles, Astou Diokhané Sow, qui insiste sur le niveau du taux d’exécution des travaux à 15% se réjouit que son programme «commence à sortir de terre». Revenant sur son objectif, elle explique que «dans ces principaux axes visités, il se posait avec acuité un problème d’assainissement, d’évacuation des eaux pluviales et de mobilité pour les populations. C’est pour prendre en charge toutes ces préoccupations que l’Etat du Sénégal a mis en place ce programme». Elle signale qu’avec «ce projet, toutes les contraintes liées aux inondations vont être levées, afin de permettre aux populations de vaquer librement à leurs occupations. Les travaux ont été initiés pour soulager les populations». «Il faut faire comprendre aux uns et aux autres qu’il y aura des désagréments, mais nous ferons tout ce qui est possible pour prendre en charge tous ces désagréments, les atténuer et au final permettre aux populations de bénéficier de ces réalisations», a-t-elle rassuré. Au-delà des axes routiers, la coordonnatrice nationale du Promovilles relève que «des aménagements connexes sont également prévus». Il s’agit «de la réhabilitation et de l’extension de certains écoles comme Moda Kane et des postes de santé dont celui du quartier Cité Lamy, traversé par le programme». Pour ce qui concerne d’éventuels désagréments liés à l’hivernage, Mme Sow indique que des mesures conservatoires sont en train d’être prises pour y faire face.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here