PARTAGER

Le ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba, a présidé hier la cérémonie de réception de deux avions d’entraînement à l’Ecole de l’armée de l’air (Eaa) de la base aérienne de la zone militaire n° 7.

Les capacités opérationnelles de l’Armée de l’air viennent d’être renforcées. Le commandement a réceptionné deux avions d’entraînement de type TB-30 Epsilon, cédés par la France. Selon le ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba, ces nouveaux appareils vont non seulement renforcer les capacités de l’Armée de l’air dans le cadre de la formation des pilotes, mais ils permettront également de satisfaire les besoins en formation des aviateurs sénégalais et des pays africains qui accordent leur confiance au Sénégal. «Cette cérémonie est en parfaite cohérence avec la politique de défense nationale définie par le Président Macky Sall, chef suprême des Armées, dont l’un des axes majeurs est l’équipement de notre Armée en matériels performants et de qualité pour répondre de manière efficace aux enjeux sécuritaires», se réjouit-il. Aussi, Me Kaba signale que ces deux appareils régénérés par l’entreprise française Société assistance aéronautique et aérospatiale (Aaa), «vont faciliter l’inter-opérationnalité lors des manœuvres conjointes prévues entre le Sénégal et la France dans le cadre de la lutte contre les menaces transfrontalières émergentes, telles que le terrorisme et le trafic illicite de tous genres». Il rappelle que cette acquisition constitue la deuxième série d’un programme de cession d’avions de ces types initié par la France au profit de l’Ecole de l’armée de l’air du Sénégal. «La première porte sur quatre TB-30 Epsilon qui ont permis de former entre 2014 et 2019 une quinzaine de pilotes.» Et cette cession, poursuit-il, «porte sur trois avions dont deux entièrement régénérés. Le troisième appareil est en cours de convoyage par voie maritime. Il devra servir à la maintenance de la flotte de six avions de l’école. Il sera ainsi possible d’améliorer de façon significative aussi bien le maintien en condition opérationnelle de cette flotte forte maintenant de six TB-30 que la formation des élèves-pilotes. Pour toutes ces cessions d’équipements majeurs, je voudrais ici au nom du président de la République Macky Sall vous demandez, Excellence l’ambassadeur de la France au Sénégal, de transmettre toute notre gratitude aux autorités françaises».
Par ailleurs, le ministre des Forces armées a annoncé la création prochaine d’une Ecole de la marine nationale. «La réception de ces appareils est le fruit d’une synergie d’actions et d’investissements, d’engagements et de détermination de chaque partie. Ces résultats procèdent aussi de la volonté des plus hautes autorités de soutenir au Sénégal l’éclosion d’écoles permettant la formation de cadres militaires dans tous les domaines. C’est pourquoi des investissements consistants ont été consentis pour la montée en puissance de l’Ecole de l’armée de l’air. Ces efforts seront poursuivis avec la création prochaine de l’Ecole de la marine nationale», a révélé Sidiki Kaba.
Pour sa part, l’ambassadeur de la France au Sénégal, Christophe Bigot, signale que la France a marqué son attachement à ce projet depuis 2014. C’est pourquoi d’ailleurs, «elle a cédé 4 avions Epsilon au Sénégal». Et d’ajouter : «Depuis, nous avons conjugué nos efforts parce que nous savons qu’une Armée de l’air et une Ecole de l’armée de l’air sont essentielles si on veut participer à la sécurité, à la lutte contre le terrorisme, à la protection de votre souveraineté». Le général de brigade Joseph Mamadou Diop, chef d’état-major de l’Armée de l’air, est quant à lui revenu sur le projet pour signaler que c’est «la raréfaction des places de formation offertes par les pays partenaires, combinée au besoin croissant en pilotes, qui ont conduit l’Armée de l’air à se lancer dans la dynamique de former ses propres pilotes». A en croire l’officier supérieur, «les résultats obtenus cinq ans après l’acquisition des quatre premiers aéronefs ont poussé l’Armée de l’air à introduire une nouvelle demande de cession de TB-30». Ainsi, il sollicite la poursuite de cette coopération pour faire de la base aérienne des forces de la zone militaire n° 7 «un pôle d’excellence pour la formation des personnels nationaux et de stagiaires de pays amis».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here