PARTAGER

Aar li ñu bokk de Thiès a manifesté hier pour exiger que justice soit faite dans l’affaire des contrats pétroliers attribués à Frank Timis et révélée par la Bbc. Une occasion pour l’ex-juge Ibrahima Hamidou Dème d’inviter les magistrats à être «impartiaux» dans la gestion de ce dossier.

Ibrahima Hamidou Dème a demandé hier à la justice de faire toute la lumière sur le scandale pétrolier et gazier soulevé par la Bbc. Membre de la section thiessoise de la plateforme Aar li ñu bokk, il estime que les autorités sénégalaises «veulent enterrer sous une montagne de contrevérités». «J’ai confiance à la justice de notre pays, même si je fais partie des personnes qui l’ont critiquée et quittée parce que nous estimions qu’elle n’était pas indépendante. Je continue paradoxalement de garder confiance en cette justice, mais une confiance vigilante parce que nous ne connaissons pas d’alternative à la justice. Il n’y en a pas», a martelé l’ex-juge lors d’un rassemblement pacifique à la Place Mamadou Dia. M. Dème et ses camarades mettent tous les magistrats et toutes les personnes qui concourent à la justice devant leurs responsabilités pour qu’ils puissent remplir les devoirs de leurs charges. «S’ils le font, je crois que tous les citoyens verront une autre justice qui n’est pas celle qui a commencé à se pencher sur cette question-là. Parce que nous avons vu le début d’une procédure qui ne coïncide pas avec ce que nous connaissions des procédures normales», a constaté le Président du mouvement «Ensemble».
Il dit espérer tout de même que la justice «va rectifier le tir» dans cette affaire dans laquelle le frère du président de la République est cité et qu’elle sera traitée par des magistrats «impartiaux et indépendants». Les autres responsables de la section thiessoise de Aar li ñu bokk, qui se sont succédé au pupitre, soulignent en tout cas que «le Peuple, conscient des enjeux des découvertes de pétrole et de gaz, des possibilités énormes qu’elles offrent à leur pauvre pays, est plus que jamais déterminé à exiger la lumière sur cette affaire». Surtout que, soutiennent-ils, les faits révélés jusqu’ici montrent que «des actes d’une gravité insondable ont été posés à différents moments». Lesquels actes ont eu pour effet, selon eux, de «soustraire frauduleusement des milliers de milliards de F Cfa de notre patrimoine au profit de Frank Timis et ses acolytes». Une manne financière, disent-ils, qui pourrait «tirer le pays des affres de la pauvreté» dans laquelle se meut encore près de la moitié sa population, mais aussi de l’argent qui pourrait «résoudre durablement» les problèmes structurels auxquels les secteurs de l’éducation et de la santé font face. Sans compter les opportunités d’emplois pour les jeunes et les générations futures aux enjeux.

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here