PARTAGER

Un des thiantacounes grévistes de la faim à la Maison d’arrêt de Thiès a été évacué hier au Centre hospitalier régional El Hadj Amadou Sakhir Ndiediène de Thiès. Pour le moment, on ignore l’origine du mal dont souffre le prisonnier.

La diète des 16 thiantacounes présumés auteurs du double meurtre de Médinatoul Salam, en avril 2012, entamée de nouveau mardi dernier, commence à faire ses effets. De sources sûres, Le Quotidien a appris qu’un des grévistes de la faim a été évacué hier au Centre hospitalier régional El Hadj Amadou Sakhir Ndiediène de Thiès. Pour le moment, on ignore l’origine du mal dont souffre le prisonnier.
Après une première diète, ces thiantacounes ont entamé, hier mercredi, une deuxième grève de la faim de 72 h pour protester contre leur longue détention préventive. Une grève à l’issue de laquelle, selon certains de leurs proches, ils menacent de se suicider, si aucune solution n’est trouvée à leur situation. En effet, ils avaient suspendu leur grève de la faim en avril dernier suite à la médiation du Procureur général près la Cour d’appel de Thiès, Cheikh Tidiane Diallo, accompagné d’autres autorités compétentes à la Mac de Thiès. Et c’est pour faire respecter aux autorités les points d’accord qu’ils ont entamé une autre grève de la faim. Entre autres revendications, les lenteurs notées dans leur dossier, mais également leurs conditions de vie. Ils ont  révélé devant les autorités que certains d’entre eux ont perdu leurs proches, sans pouvoir assister à leurs obsèques, d’autres ont été contraints d’accepter la demande de divorce de leurs épouses. Sans compter la politisation du dossier. Mais que nenni selon des autorités contactées par Le Quotidien. Elles révèlent que l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam dont le guide des thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune, est impliqué sera jugée par le Tribunal de Mbour. Le problème, expliquent-t-elles, c’était au moment où «l’instruction était en train d’être bouclée, Mbour a été érigé en Tribunal de grande instance comptant une Chambre criminelle. Comme l’affaire s’est passée à Mbour, il s’est posé la question de savoir laquelle des deux juridictions (Thiès ou Mbour) est compétente. On a considéré que c’est Mbour, lieu de commission de l’infraction». Et sur les lenteurs notées dans le dossier, elles expliquent qu’il s’agit des cas de longues détentions préventives. «C’est par rapport aux crimes de sang. Dans ces affaires, l’instruction prend plus de temps pour accorder toutes les garanties d’une bonne justice aux accusés. C’est ce qui explique les lenteurs, notamment dans le cas du dossier Cheikh Béthio Thioune. Mais là, c’est en voie d’être bouclé.» Pour l’heure, les codétenus du guide des thiantacounes en liberté provisoire, accusés d’«association de malfaiteurs, recel de cadavre, inhumation sans autorisation et non-dénonciation de crime, meurtre et actes de barbarie», menacent de procéder à un suicide collectif, si leur dossier n’est pas réglé dans les 72h.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here