PARTAGER

Idrissa Seck et sa délégation ont été reçus hier par la famille Sy de Tivaouane. Le Khalife général des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour, se réjouit de l’accueillir «avec tous les honneurs dus à son rang, mais aussi à celui d’un fils qui continue de perpétuer une vieille tradition, celle de s’enquérir du bien-être de l’illustre famille religieuse». A cette occasion, le leader de Rewmi s’est prononcé sur la levée de l’immunité parlementaire de Khalife Sall : «Les députés qui ont pris cette décision avant-hier (samedi), à l’Hémicycle, portent une très lourde responsabilité devant l’Histoire du Sénégal. Le maire de Dakar ne peut être poursuivi ni détenu. C’est la première fois, et de façon systématique, que le chef de l’Etat organise, manipule la justice dans le seul but d’écarter de la compétition électorale des adversaires potentiels. Et cela, aucun de ses prédécesseurs ne l’aura fait. On ne peut pas déshabiller quelqu’un sans l’avoir habillé au préalable. Lever l’immunité parlementaire signifie obtenir de l’Assemblée nationale l’autorisation pour poursuivre ou détenir un député. Donc, on ne sollicite cette immunité parlementaire que pour quelqu’un qui est en liberté et que l’Etat a envie de poursuivre ou de détenir.»
Le leader de Rewmi considère, en conséquence, que les députés ont tout simplement violé la loi. «C’est la Constitution du pays qui organise l’immunité du parlementaire en disant qu’il ne peut, en aucune circonstance, être poursuivi ou détenu sans l’autorisation de  l’Assemblée nationale. C’est pour cela qu’il se présente devant cette Assemblée nationale pour solliciter la levée de cette immunité. Mais, encore faudrait-il, avant d’aller demander l’autorisation à l’Assemblée nationale, qu’on reconnaisse son autorité en libérant le député en question et en suspendant les poursuites. C’est une simple question de bon sens», estime-t-il. Le président du Conseil départemental de Thiès ajoute que «cette violation doit révolter l’ensemble du Peuple sénégalais et ceux qui sont épris de droit et de la règle de droit». Sur sa tournée politique en perspective de la Présidentielle et des Locales de 2019, Idrissa Seck soutient que celle-ci se passe «à merveille». «Je rencontre les populations du Sénégal et je dialogue avec elles», se réjouit-il.

nfniang@lequotiden.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here