PARTAGER

La cérémonie d’installation des nouveaux membres du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène, dirigé depuis hier, par le maire de Thiès, Talla Sylla, a été boycottée, par le président sortant. Pour cause, Yankhoba Diattara dénonce «une énième forfaiture du régime de Macky Sall à l’endroit des Thiessois». Il explique que la loi et les textes qui régissent la gestion des hôpitaux du Sénégal ont été «violés» et compte attaquer devant la Cour suprême la décision pour que justice soit faite.

La bataille politique en cours à Thiès, à quelques jours des élections législatives, s’est transposée à l’hôpital El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène de Thiès. Le choix porté sur le maire de la ville, Talla Sylla, qui a été installé depuis hier, comme Président du Conseil d’administration (Pca) de la structure sanitaire, est «une violation flagrante de la loi», selon le Pca sortant, Yankhoba Diattara. Le vice-président du Conseil départemental de Thiès, qui n’a pas fait dans la langue de bois, accuse l’Etat d’avoir orchestré ce «coup d’Etat». «Nous venons d’assister à un putsch de plus», dénonce Diattara, après avoir boycotté la cérémonie d’installation des membres du Conseil d’administration (Ca) de l’hôpital régional. Devant la presse, il signale que c’est la «énième forfaiture du régime de Macky Sall à l’endroit des Thiessois. Car nous venons d’assister, avec la complicité du gouverneur de la région de Thiès, à une violation de la loi et des textes qui régissent la gestion des hôpitaux du Sénégal par l’installation illégale du maire de la ville de Thiès, Talla Sylla, comme Pca dudit l’hôpital». Pour Diattara, les textes sur la gestion des hôpitaux publics sont clairs : «C’est le président du Conseil départemental, après la réforme de 2013, qui est compétent pour assurer la présidence du Conseil d’administration de l’hôpital.» Mais, regrette le vice-président du Conseil départemental de Thiès, «aujourd’hui avec la complicité du gouverneur de la région, le ministère de la santé a demandé l’installation du maire de la ville de Thiès comme Pca de l’hôpital régional. Et nous venons de rappeler, dans la salle, au gouverneur, que nous avons été informés que le maire de la ville de Thiès a été désigné pour choisir les 4 personnalités qualifiées pour siéger au Ca. Nous avions saisi la ministre de la Santé pour demander le respect de la loi mais également que cette erreur d’interprétation des textes soit corrigée». Malheureusement, poursuit Yankhoba Diattara, «le gouverneur que nous avons saisi à deux reprises n’a pas donné malheureusement de suite par rapport à cela et nous avons demandé à ce qu’il respecte la loi parce qu’il est le représentant du gouvernement à Thiès. Il dit qu’il n’a pas eu de suite de son ministère c’est pourquoi il n’a pas malheureusement pu faire grand-chose». C’est pourquoi, poursuit-il, «nous avons demandé à ce que le conseil soit suspendu en attendant que les textes soient respectés mais le gouverneur a dit qu’il a consigné tout cela sur le procès-verbal, il va transmettre cela au ministère en attendant la réaction de ce dernier». Pour dire, selon Diattara, que «c’est une violation flagrante de la loi et des textes qui régissent l’hôpital régional. C’est une forfaiture». Une décision qu’il compte d’ailleurs attaquer devant la Cour suprême pour, dit-il, que justice soit faite.
La mairie de la ville interpellée dit que c’est une loi datée du mois d’août 2016 qui dit que «les hôpitaux publics qui sont dans le giron de la ville sont confiés au maire de la ville, mais ce qu’elle oublie c’est que le maire de la ville n’est compétent que pour les hôpitaux de niveau 1 et pour les hôpitaux de niveau 2 c’est le président du Conseil départemental». Or, conclut-il, «le Centre hospitalier régional El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène est un hôpital de niveau 2, donc le maire de la ville n’a aucune compétence», peste-t-il.

Talla Sylla dédramatise
Le maire de la ville, Talla Sylla, interpellé sur ce sujet, après son installation, n’a pas voulu se prononcer. Auparavant, il a tenu à remercier le Président Macky Sall, la ministre de la Santé et les députés qui ont procédé «au vote de la loi». Cela dit, Talla Sylla dit tout son engagement et sa disponibilité avec l’ensemble de son équipe d’administrateurs, pour travailler avec la direction de l’hôpital et l’ensemble du personnel en rapport avec toutes les associations qui s’activent dans l’institution sanitaire de tout mettre en œuvre pour permettre aux patients de l’hôpital d’avoir l’accueil, la prise en charge et l’accompagnement qu’il faut. Il estimera qu’une bonne partie du fonds spécial alloué par l’Etat du Sénégal à la ville de Thiès d’un montant de 500 millions de F Cfa, sera destiné à la structure sanitaire.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here