PARTAGER

L’enquête sur la mort de Amar Mbaye, confiée au Poste de police des Parcelles Assainies de Thiès, est «une insulte» aux yeux des conducteurs de motos Jakarta, qui l’ont manifesté. A défaut de la gendarmerie, qui ne peut pas se saisir de l’enquête parce que confiée déjà à la police, la Brigade prévôtale est proposée par de hautes autorités policières pour faire toute la lumière sur cette affaire, qui défraie la chronique dans la Cité du Rail.

L’indignation est collective à Thiès après le choix du procureur du Tribunal de Grande instance de Thiès de confier l’enquête dans l’affaire dite El Capo au Commandant du poste de police des Parcelles Assainies de Thiès, le Lieutenant Malick Sow. D’ailleurs, les conducteurs de motos Jakarta ont manifesté, ce mardi, leur désaccord après l’inhumation de leur camarade Amar Mbaye. Un choix qu’ils jugent «troublant», puisque affirment-ils, Makha Fall alias El Capo, en plus d’être retranché au dit Poste de police depuis l’éclatement de l’affaire, y est toujours en service en tant que chef de la Brigade de recherches. Par conséquent, ils pensent que «l’enquête ne sera pas indépendante». En plus, poursuivent-t-ils, «il y a déjà beaucoup de témoins à décharge et ces derniers ne sont pas crédibles».
En écho, de hautes autorités policières trouvent légitime la requête des conducteurs de motos Jakarta. Elles suggèrent, pour élucider les Thiessois sur le drame survenu dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17, que l’enquête devrait être confiée à une entité objective. D’ailleurs, elles proposent la Brigade prévôtale, qui est compétente sur toute l’étendue du territoire et qui veille sur le comportement des policiers tous grades confondus. Pour dire, selon elles, si l’enquête était confiée à cette brigade, comme dans les affaires des commissariats de Mbacké et de Thiaroye, elle sera gérée par la Brigade prévôtale dans la plus grande transparence. Lesquelles ont impliqué des policiers en service comme El Capo. Les trois policiers et un Agent de sécurité de proximité (Asp) de Mbacké, sont placés sous mandat de dépôt, dans le meurtre du détenu Fallou Kâ, le 27 mai dernier pour coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Le jeune Fallou Ka a perdu la vie des suites de ses blessures contractées après son arrestation par les mis en cause pour détention de chanvre indien. S’agissant de l’affaire du détenu Saliou Sarr alias Pape Sarr, mort au commissariat de Thiaroye, les trois policiers impliqués sont sous contrôle judiciaire. Ils sont accusés d’avoir provoqué, en juillet 2018, la mort de Saliou Sarr, du nom de ce jeune homme mort à l’hôpital suite à des blessures contractées durant sa garde à vue à la police. Il faisait partie d’un groupe de jeunes interpellés et interrogés par la police dans le cadre de l’enquête pour un vol de moutons et de chèvres. Pour dire, selon les hautes autorités policières, «le Procureur de Thiès ne s’est pas bien renseigné ou il a voulu mettre la police de Thiès devant le fait accompli». Sur la plainte que la famille du défunt Amar Mbaye compte déposer à la gendarmerie, elles pensent que la famille est libre de déposer une plainte au niveau de la gendarmerie mais elle risque de se faire débouter car deux entités différentes ne peuvent pas être saisies pour la même affaire. A la question de savoir pourquoi l’enquête de l’affaire de la pharmacie Fadilou Mbacké n’a pas été confiée à la Brigade prévôtale comme elle implique un Commissaire de police ? Les autorités policières renseignent que l’affaire Cobra a suscité un tollé général c’est pourquoi le ministre de l’Intérieur a préféré saisir l’inspection des services de sécurité qui lui est directement rattachée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here