PARTAGER

Idrissa Seck avait présenté ses excuses après sa sortie polémique sur Makka et Bakka. Mais les enseignants de Rewmi de Thiès invitent leur leader à «davantage huiler» ses rapports avec tous les chefs religieux, y compris le khalife général des Tidianes qui ne l’avait pas raté.

«Demander le pardon, c’est synonyme de grandeur, d’humilité.» Voilà ce que soutiennent les enseignants de Rewmi de Thiès qui se prononçaient sur la «grosse polémique» autour de la déclaration de leur leader. Un «problème religieux» qui, regrettent-ils, a fini par devenir un «problème politico-religieux». «Nous encourageons notre leader à huiler davantage ses rapports avec tous les chefs religieux du Sénégal, y compris le khalife général des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour», déclarent-ils. Les camarades de Idrissa Seck estiment qu’aujourd’hui «c’est un problème dépassé» parce que l’ancien Premier ministre a eu à demander «pardon». «Qui connaît le président du Conseil départemental de Thiès sait que sa famille est fondamentalement affiliée à Tivaouane. Maintenant, ses ‘’convictions religieuses’’ étant ‘’personnelles’’,  nous pensons que cela ne doit pas déteindre véritablement sur ses ‘’ambitions politiques’’. C’est une question d’obédience, de conviction personnelle. Nous regrettons cependant que cela ressemble à la limite à une campagne de déstabilisation qui a été orchestrée», constate Makhfou Faye, coordonnateur régional dudit mouvement. Le mouvement régional des enseignants rewmistes de Thiès se réjouit que «les Sénégalais soient déterminés à continuer le chemin avec Idrissa Seck, à l’accompagner jusqu’à la conquête définitive du pouvoir». Ça également, se réjouissent-ils, «c’est un aspect qu’il faut intégrer dans la donne, parce que cette affaire-là a mis mal à l’aise beaucoup de Tidianes qui sont membres du parti et mêmes des Tidianes intellectuels qui ne sont pas dans le Rewmi». M. Faye et ses camarades trouvent que les excuses de Idrissa Seck ont «soulagé plus d’un» et «rassuré» les Sénégalais.

«Le pétrole et ce gaz n’appartiennent pas à Macky Sall ni à sa famille»
Par rapport à l’actualité politique nationale, le mouvement constate que l’Assemblée nationale a voté une loi pour valider les accords sur le pétrole et le gaz que Macky Sall a signés avec son homologue mauritanien. Seule­ment, «ce pétrole et ce gaz n’appartiennent pas à Macky Sall, à sa famille et à son régime, mais au Sénégal. Donc les accords qu’il doit signer doivent prendre en compte les intérêts des Sénégalais». Makhfou Faye indique que l’intervention de son leader sur cette question a été «très pertinente». Il se réjouit du fait que «Ousmane Sonko soit revenu aujourd’hui sur cette affaire avec des arguments très pertinents, relatifs au fait que la majeure partie de ces ressources pétrolières et gazières découvertes n’est pas sur le territoire mauritanien, mais sur celui sénégalais». Les enseignants rewmistes s’interrogent, par conséquent, sur les raisons de «ce partage des revenus de ces ressources naturelles à 50/50 sans pour autant tenir aucune considération d’ordre naturel, sociologique et géographique». Ils considèrent en effet que «si les Mauritaniens font 3 millions d’habitants, les Sénégalais, eux, font 15 millions». Pour eux, c’est une donnée sociodémographique qu’il fallait intégrer dans le partage de ces ressources, en plus du fait que l’essentiel de ce pétrole et ce gaz est en «territoire sénégalais». «Le chef de l’Etat n’aurait jamais accepté cela et devrait travailler à rehausser l’image du Sénégal. C’est une démarche que nous dénonçons avec la dernière énergie», concluent ces enseignants de Rewmi.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here