PARTAGER

Le Tribunal de grande instance de Thiès s’adapte au Covid-19. Il a en effet instauré un système informatique pour permettre aux détenus de jouir de leur droit au jugement grâce à des audiences en ligne.

C’est une mesure inédite. Le Tribunal de grande instance de Thiès fonctionne en mode télétravail pour permettre aux détenus de jouir de leur droit au jugement. Cela, pour continuer à veiller à l’application des mesures de contingentement du Covid-19. En effet, avec l’avènement de cette pandémie, des mesures restrictives avaient été prises par le ministère de la Justice, garde des Sceaux, notamment la suspension de toutes les audiences publiques jusqu’à nouvel ordre. Une mesure qui n’est pas sans conséquence pour les justiciables, puisque que les défèrement continuent de plus belle. Ce qui contribue au surpeuplement des Maisons d’arrêt et de correction (Mac). Et pour trouver une alternative à ce problème, le président du Tribunal de grande instance de Thiès, Mamadou Diouf, a défini des mesures particulières pour la tenue des audiences grâce aux technologies de l’information et de la communication où les audiences s’effectuent en conformité avec le respect des mesures édictées par les autorités administratives et sanitaires. Lesquelles se tiennent à travers une plateforme dénommée «Zoom». Il s’agit, en effet, d’une application permettant d’organiser des réunions en ligne à distance avec différents participants dans les quatre coins du globe. Et donc, tous les ordinateurs des parties prenantes aux procès disposent de cette application, mais le dispositif judiciaire reste le même. Le juge, président de séance, est assisté par ses deux assesseurs, le procureur, le greffier et l’huissier sont les seuls présents dans la salle d’audience avec deux écrans plats installés, servant de retour d’images. C’est le président de séance qui est «l’animateur» puisque c’est dans le web. Ce dernier invite les autres participants, à savoir le procureur, le détenu qui dispose du même dispositif depuis la Mac de Thiès. Les autres participants à l’audience en ligne sont naturellement les avocats, la partie civile et les témoins. Une initiative qui a permis, selon le chef de la juridiction de Thiès, à «100 personnes de retrouver la liberté depuis le 20 avril jusqu’à ce jour». Aux yeux de Moussa Diouf, initiateur d’une telle innovation, avec l’appui de ses pairs, notamment le Procureur général Thierno Demba Sow, le premier président de la Cour d’appel Henry Grégoire Diop, et le Procureur général de la Cour d’appel Ahmed Tidiane Diallo, «elle permet aussi au Tribunal de s’adapter au contexte actuel et de gérer la transition en attendant que la situation s’améliore». Aussi, ajoute-t-il, «les procès en ligne permettent de diminuer les risques de contamination au coronavirus».
Du côté de l’Administration pénitentiaire, la démarche est saluée, puisque selon elle «l’option n‘expose pas les agents». Le patron du Tribunal de grande instance de Thiès n’en est pas à son premier acte dans le cadre de l’amélioration du cadre de vie de l’espace judiciaire de Thiès. De nouveaux locaux sont construits pour le service des casiers judiciaires afin de désengorger l’entrée du Tribunal qui état, jadis, pris d’assaut par les citoyens. Aussi a-t-il aménagé des espaces verts qui donnent une image plus vivante et moins stressante de la juridiction de Thiès. Et cela, sans compter le coup de peinture qui a donné un nouveau visage à l’institution judiciaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here