PARTAGER

Dans le cadre de la lutte contre la malnutrition, 178 630 enfants représentant 70% de la cible ont été dépistés dans la région de Thiès. Ce dépistage a amélioré l’état nutritionnel des populations et particulièrement la croissance des enfants âgés de moins de 5 ans dans les zones urbaines ou rurales pauvres.

Dans le cadre de la lutte contre la malnutrition, 178 630 enfants représentant 70% de la cible ont été dépistés dans la région de Thiès, a indiqué, hier, Néné Hawa Sy, Coordonnatrice de la Cellule de lutte contre la malnutrition (Clm) dans les régions de Thiès et Diourbel. C’était à l’occasion d’un Comité régional de développement (Crd) sur la revue annuelle conjointe du secteur de la nutrition, présidé par l’adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, Mbassa Sène. Elle juge le taux de la région de Thiès acceptable. Ce d’autant, indique Mme Sy, l’objectif fixé par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) est de 80%. Elle estime que «dans les 9 districts sanitaires de la région de Thiès, qui couvrent les 49 collectivités locales, le programme de dépistage a couvert 32 collectivités, pour un total de 888 quartiers et 1302 villages, soit un taux de 68%». Néné Hawa Ly, de rappeler que «le programme de renforcement de la nutrition vise l’amélioration de l’état nutritionnel des populations et particulièrement la croissance des enfants âgés de moins de 5 ans dans les zones urbaines ou rurales pauvres, le renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles du pays en matière de nutrition». Elle ajoute que la part de la Cellule de lutte contre la malnutrition (Clm) qu’elle coordonne dans les régions de Thiès et de Diourbel, a pour «rôle d’assurer un état nutritionnel satisfaisant, particulièrement aux enfants de moins de 5 ans, aux femmes en âge de procréer et aux adolescentes». Aussi de plaider en faveur de la redynamisation de la Clm et d’une bonne implication des acteurs communautaires, des relais, des chefs de quartier et de village, et leaders coutumiers et religieux. Car, à son avis, «la contribution des collectivités locales aux activités de nutrition communautaire, ainsi que la mise en place de greniers de l’enfant à Thiadiaye, Joal, Popenguine et Mékhé, participent à l’atteinte des objectifs». Insistant sur l’amélioration de l’accès et l’utilisation des services de santé de qualité, Mme Sy a également relevé «la nécessité de développer des initiatives en faveur de la diversification alimentaire au niveau des ménages, de généraliser les greniers de l’enfant, de renforcer la participation effective des collectivités locales aux activités de nutrition communautaire et de développer l’initiative «Ac­cessibilité sel iodé»».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here