PARTAGER

Le leader du Grand parti était à Thiès ce week-end dans le cadre de sa tournée nationale. A cette étape, il a dénoncé «la politique arachidière de notre pays». Malick Gakou constate : «La campagne arachidière a été catastrophique a tous points de vue. Les paysans, les huiliers et les opérateurs se plaignent. Le monde rural est en crise.» Pourtant, estime-t-il, «nul ne peut développer le Sénégal sans développer son agriculture». Il propose alors «un pacte national pour le développement agricole pour repenser ensemble et en synergie et dans une cohésion parfaite le modèle agricole sénégalais, mais surtout la circulation de la chaîne de valeurs de la production arachidière de notre pays, que l’agriculture soit le moteur de la croissance économique et sociale». M. Gakou impute la faute au gouvernement qui, selon lui, a pris des décisions qui «malheureusement ont impacté négativement la qualité et la quantité de la production». Il cite l’élimination de la taxe, mais surtout l’autorisation d’exporter 400 mille tonnes d’arachide à l’extérieur au détriment des huiliers. Or, l’hôte de Thiès est convaincu qu’une bonne politique agricole doit nécessairement impliquer le rail qui a une «importance capitale» pour le développement économique et social du pays. «Le port de Dakar souffre de la concurrence des ports de Banjul, de San Pedro et d’autres ports de la sous-région parce que simplement le rail fait défaut. C’est la raison pour laquelle nous devons articuler le développement du port par celui du rail pour permettre au Sénégal d’être une porte de pénétration dans la zone ouest africaine», a-t-il suggéré.
A l’étape de Kaolack, Malick Gakou a suspendu sa tournée jusqu’à une date ultérieure, suite au décès de El Hadji Idrissa Guèye, ancien président de la Chambre de commerce de Kaolack, avec qui il avait des «relations profondes».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here