PARTAGER

La tolérance zéro pour non port de casque de sécurité. C’est la thérapie de choc préconisée, ce week-end, par le préfet du département de Thiès, Fodé Fall, pour lutter contre les accidents mortels impliquant ces transports à deux-roues. En effet, dans la Cité du Rail, sur les 100 sorties de la 21e Compagnie d’incendie et de secours des Sapeurs-pompiers, les 60% concernent les motos Jakarta.
A ce rythme, les populations thiessoises seront décimées. C’est là toute la pertinence de l’initiative de l’autorité préfectorale, saluée par le chargé de la communication de la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta, Assane Djigual, qui remercie le patron du département de Thiès. Car à son avis, «ce qu’il vient de faire il l’a fait pour nous. Parce que s’il demande aux conducteurs de motos Jakarta de porter uniquement des casques et de continuer à travailler, c’est une mesure que nous accueillons à bras ouvert». Laquelle mesure, poursuit M. Djigual, n’est simplement prise que «pour assurer la protection, la sécurité et la santé» des conducteurs de deux-roues. A l’en croire, «quelqu’un qui conduit une moto sans casque non seulement il est confronté à l’air libre mais en cas d’accidents il risque d’avoir des blessures graves». Pour dire, selon lui, «si aujourd’hui le préfet ne nous demande que de porter un casque de sécurité on s’en réjouit».
Toutefois, le chargé de la communication de la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta fera remarquer que cette décision du patron du département de Thiès est «une continuité» des actions déjà menées sur le terrain. «Nous avons toujours sensibilisé nos membres sur la sécurité routière. Et ce que nous voulons aujourd’hui c’est que ça continue. Pour que tout conducteur sache que le port du casque est obligatoire. Il faut appuyer et respecter les initiatives venant de l’autorité», sensibilise-t-il.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here