PARTAGER

Trois membres de la Conver­gence des jeunesses républicaines (Cojer) ont été entendu hier par les limiers du commissariat des Parcelles Assainies de Thiès, suite à une plainte déposée devant le procureur «pour actions diverses» par la ministre porte-parole du gouvernement. Selon quelques éléments de l’enquête, Mme Ndèye Tické Ndiaye Diop s’est dit «très offensée» par «les propos injurieux» de ses frères de parti. Lesquels propos «ont fait le tour des réseaux sociaux». Les jeunes Apéristes soutiennent que la ministre de L’Economie numérique et des télécommunications «n’a ni vécu politique ni vécu associatif, donc elle n’a aucune légitimité politique». Ils ajoutaient : «En 2014, le camp présidentiel avait gagné son centre de vote Club 2/3 Adua de 22 voix, sous la direction de l’ancien ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall. Mais depuis qu’elle est à l’Apr, la coalition Benno bokk yaakaar perd ce centre de vote et avec un écart de plus en plus important : 45 voix au Réfé­rendum, 478 aux Législatives et 1 249 voix à la Présidentielle du 24 février 2020.» Une situation qui risque de créer un malaise au sein du parti présidentiel puis­que c’est la première fois qu’un haut leader politique porte plainte contre des jeunes du même camp.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here