PARTAGER
Mariama Sarr ministre de la femme

Après une trêve de 7 ans, la Quinzaine nationale de la femme reprend ses activités sur le territoire national. Thiès a accueilli ce lundi la délégation du ministre de la Femme, de la famille et de l’enfance dans la commune de Mboro. Une occasion pour Mariama Sarr d’annoncer la mise en œuvre d’un programme d’alphabétisation et d’apprentissage des métiers pour les femmes de la Cité du Rail avant de les inviter à s’impliquer davantage pour l’atteinte des objectifs du Pse.

La journée régionale de la Quinzaine de la femme sénégalaise organisée cette année dans la commune de Mboro, dans le département de Tivaouane, a été mise à profit par le ministre de la Femme, de la famille et de l’enfance, Mariama Sarr, pour annoncer le lancement très prochainement d’un programme d’alphabétisation et d’apprentissage des métiers pour les femmes de la région de Thiès. Mme Sarr estime que ce programme qui sera bientôt mis sur pied va efficacement lutter contre la pauvreté. Aussi, il va en même temps favoriser la promotion de l’autonomisation des femmes. Au-delà, le ministre est largement revenu sur le thème de la 29e édition de la Quinzaine nationale de la femme, «Le Pse, un levier essentiel pour l’autonomisation des femmes». Un thème qui «est une invite pour nous les femmes à prendre conscience de notre rôle qui est si important dans l’atteinte des objectifs de la nouvelle politique économique et sociale du pays». D’ailleurs, indique Mme Sarr, «la construction et l’équipement de matériels modernes de production du Centre départemental d’assistance et de formation pour la femme (Cedaf) de Thiès en est la parfaite illustration de la nouvelle politique définie par le gouvernement du Sénégal pour booster l’économie de notre pays». Mariama Sarr d’ajouter : «Dans toutes les institutions de la République, il y a des cellules-genre qui ont été créées par le président de la République et il y a beaucoup de femmes qui occupent des postes électifs comme député, maire, haut conseiller des collectivités territoriales… Ce qui montre comment les femmes ont pris leur place dans les affaires publiques.» Non sans dire que «le défi de l’autonomisation économique a amené le gouvernement à mettre en place des projets et programmes pour renforcer les capacités économiques des femmes afin qu’elles s’intègrent dans la nouvelle stratégie de développement économique et social, le Pse, pour mieux baliser le terrain du futur».
Revenant sur l’édition 2017, prévue du 2 au 21 mai, le ministre de la Femme estime qu’elle sera mise à profit pour vulgariser davantage le Pse auprès des femmes des localités les plus reculées du pays, en vue de son appropriation. Et sur le retour d’une telle activité dans l’agenda gouvernemental après une trêve de 7 ans, Mariama Sarr fera savoir que «cela a été une doléance majeure des femmes de notre pays. Elle a été satisfaite grâce à la clairvoyance du chef de l’Etat qui a placé la femme sénégalaise dans l’embryon du Pse. Ce qui a facilité notre travail pour le retour de cette grande manifestation, source de réconfort pour les femmes qui y exposent leurs difficultés et y trouvent des solutions rapides. C’est le lieu de dire que vous avez fait des performances en matière agricole. Là où la femme cultivait un hectare, aujourd’hui elle cultive sept hectares avec des rendements solides. Soyez rassurées ! Le Président nous a donné des instructions afin de créer un cadre favorable de rassemblement, d’échanges et de partages de toutes les femmes du Sénégal, sans distinction d’appartenance de quelque forme que ce soit. C’est ce qui justifie le choix du thème de cette édition».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here