PARTAGER

Le mouvement A l’appel de Khombole et ses partenaires viennent de mettre à la disposition du district sanitaire, Fiacre Coly de Khombole, quatre ambulances pour relever le plateau technique de cette structure sanitaire de référence située sur la Rn3. Un axe routier très fréquenté par les pèlerins durant le grand Magal de Touba.

A l’approche du grand Magal de Touba qui sera célébré le 6 octobre prochain, le mouvement A l’appel de Khombole et ses partenaires ont mis à la disposition des autorités médicales du district sanitaire, Fiacre Coly de Khombole, quatre ambulances pour permettre au Centre de santé de disposer de ressources d’évacuation. Un appui, extrêmement important, de l’avis du coordonnateur du mouvement A l’appel de Khombole, Maguèye Boye, d’autant qu’il vient d’agrandir la carte sanitaire du département de Thiès. «En cette période de pré-Magal et de Safar ou le Centre de santé de Khombole est tellement sollicité en termes d’évacuations. Il était normal d’agir et très vite pour permettre de relever le plateau technique. Voilà justement ce qui a motivé le mouvement A l’appel de Khombole et ses partenaires de mettre à la disposition des populations, une ambulance neuve mais aussi de réfectionner deux ambulances qui étaient là et en panne. Khombole passe ainsi de zéro ambulance à trois fonctionnelles», estime M. Boye. En plus de ces trois ambulances, il annonce qu’une quatrième «sera mise à notre disposition par le Centre régional des œuvres universitaires et sociales de Bambey (Crous-B)». L’Ins­pecteur des impôts et domaines reste convaincu «qu’une seule personne physique ou morale ne peut pas faire pour toute une communauté, c’est en partenariat avec d’autres personnes et dans le cadre d’une coopération qui va permettre de décrocher énormément de choses pour le compte de la collectivité». Reconnaissant cependant que «le plateau technique des structures hospitalières est très faible», M. Boye estime qu’il ne s’agit «pas uniquement d’attendre tout de l’Etat et des collectivités territoriales». Parce qu’à l’en croire, «la décentralisation se résume en deux éléments : la participation et la responsabilité. La première c’est ce que font les personnes qui n’ont ni grade ni titre et la responsabilité c’est celle de l’élu local qui s’engage pour transformer la vie des collectivités». Outre cette mise au point, le coordonnateur du mouvement A l’appel de Khombole note que «la pandémie du Covid-19 a démontré au moins une chose que l’économie la plus importante ce n’est pas l’économie qui permet à la personne de remplir ses poches mais c’est l’économie de la vie qui permet de donner de la vie, de conserver la vie et de lutter pour la bonne santé humaine. C’est cela la bonne économie». Il argumente : «Tous ceux qui ont investi dans ce secteur-là avant la pandémie ont vu un peu leur activité se développer. Voilà pourquoi les gens doivent réfléchir beaucoup plus sur la Responsabilité sociétale des entreprises (Rse). L’entreprise elle n’est pas faite uniquement pour réaliser des profits. Elle a été faite également pour apporter de l’assistance sociale aux personnes qui tournent autour des entreprises.» Ainsi il lance un appel à toutes les entreprises qui sont aux alentours de Khombole «de venir appuyer socialement l’économie de la vie qui est l’économie de l’avenir». Aussi Maguèye Boye a saisi l’occasion pour faire un plaidoyer pour que le bloc opératoire de Khombole soit enfin fonctionnel. «Il a été réalisé jusqu’à 80 à 90%, le peu de 20 à 10% qui reste, nous appelons les autorités étatiques mais aussi les bonnes volontés, à prendre cela en charge pour justement diminuer les évacuations.» Joignant sa voix à celle Maguèye Boye, Dr Sitor Ndour, médecin-chef du district sanitaire, Fiacre Coly de Khombole, rappelle que le district couvre cinq communes pour 18 postes de santé. «Et parmi ces postes, il y a certains qui avoisinent les 30 mille âmes. Cela veut dire qu’il y a beaucoup de malades malheureusement que nous recevons», dit-il en insistant sur «l’urgence d’ouvrir le bloc opératoire pour nous permettre de diminuer les évacuations vers les hôpitaux régionaux de Thiès, Dakar et ailleurs». Se réjouissant d’avoir reçu l’appui du mouvement A l’appel de Khombole, surtout à l’approche du grand Magal de Touba où l’axe de Khombole est très prisé par les pèlerins, Dr Coly affirme : «j’étais vraiment inquiet par la non-disponibilité des ambulances à l’approche de ce grand évènement religieux mais avec cet appui, nous disposons désormais de trois ambulances fonctionnelles. En plus de ces moyens, nous avons cinq médecins et cinq équipes d’infirmiers et des sages-femmes qui se relaient tous les jours», renchérit le médecin. Selon lui, «nous sommes prêts à affronter la situation». Il a aussi tenu à lancer un appel à la Région médicale de Diourbel dans le cadre du Magal de prendre en compte le district de Khombole, situé dans une zone carrefour et qui accueille beaucoup de malades.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here