PARTAGER

Pour le traitement des urgences médicales, le maire de Thiès, Talla Sylla  annonce l’érection d’un Service d’aide médicale urgente (Samu). C’était à l’occasion de la 3e édition des journées médicales de Thiès.

A peine installé à la tête de la présidence du Conseil d’administration de l’hôpital régional de Thiès, le maire de Thiès dévoile son agenda pour offrir aux populations de la Cité du rail, une meilleure prise en charge médicale. Il a annoncé, ce week-end au cours de la cérémonie officielle de la 3e édition des Journées médicales de Thiès (Jmt), l’érection d’une agence «Service d’aide médicale urgente (Samu)» à Thiès. Un projet qui, selon Talla Sylla, va soulager les Thiessois en termes de préoccupations sanitaires. «Le projet de création d’un Samu sera bientôt mis en œuvre. Le site devant abriter cette infrastructure sanitaire a déjà été trouvé. Avec cette agence, nous allons toucher l’ensemble des populations thiessoises en termes de couverture sanitaire», fait savoir Talla Sylla. Revenant sur les Journées médicales de Thiès (Jmt), qui entrent dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique de santé, l’édile de la Cité du rail estime que c’est une initiative qui va contribuer au renforcement du système de santé et à l’amélioration des conditions de vie des populations, en particulier celles démunies. «Les consultations gratuites offertes aux populations visent à contribuer à la sensibilisation des Thiessois, afin de renverser la tendance sur l’augmentation fulgurante des maladies chroniques et à soins coûteux, notamment le diabète, l’hypertension artérielle,… A travers ces consultations, nous voulons participer à l’amélioration de la santé et du bien-être des populations et, en particulier, celles démunies de la ville de Thiès et diagnostiquer les maladies récurrentes qui affectent ces dernières», renseigne-t-il. Il ajoute : «Le contact entre les spécialistes et les citoyens doit amener les populations à changer de comportements et à corriger certaines pathologies.» Il fera remarquer que «5 500 personnes ont été consultées durant les éditions précédentes des journées médicales de Thiès sur les pathologies telles que le diabète, le cancer du col de l’utérus et du sein, l’hypertension artérielle entres autres. Et pour cette année, dit-il, son équipe et lui envisagent d’accueillir 3 000 personnes». Insistant sur le suivi médical des personnes dépistées, le médecin-chef de la région de Thiès, Dr Malick Ndiaye, a, pour sa part, demandé aux autorités de veiller sur l’état de santé des malades diagnostiqués. Aussi et de plaider pour que le Centre hospitalier régional El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène puisse devenir un hôpital de niveau 3. «Il est temps que les Thiessois puissent se faire soigner à domicile. Avec un hôpital de niveau 3, les populations thiessoises n’auront plus besoin de se rendre à l’hôpital Aristide Le Dantec», note Dr Ndiaye. De son côté, la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le sida (Cnls), Dr Safiatou Thiam, a soutenu que les journées médicales de la ville de Thiès doivent être pérennisées au grand bonheur des populations. «C’est une demande forte de ces dernières et elles participeraient à leur bien-être et épanouissement», indique l’ancienne ministre de la Santé et de la prévention.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here