PARTAGER
Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Education nationale.

«Conduire les chefs d’établissement à mettre en œuvre et à évaluer des politiques transformationnelles et non des politiques correctives car jusque-là ce sont ces dernières politiques qui sont de mise dans les établissements et il faut maintenant aller dans le sens de la transformation de toutes les ressources en des résultats performants, pour l’accélération du rythme de mise en œuvre du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la Transparence (Paquet)», telle est la volonté du nouvel Inspecteur d’académie de Thiès, Papa Baba Diassé. Il l’a fait savoir lors d’une session de renforcement de capacités pour 36 chefs d’établissement du moyen et du secondaire, dont 8 proviseurs. Ce pour dit-il, «maintenir et améliorer le cap de l’excellence». D’où son idée de miser sur «une bonne formation des acteurs principaux». Aussi et surtout «d’insister sur les capacités managériales de façon globale». L’Ia de Thiès, d’expliquer : «nous avons pensé, avec les enjeux et les défis qui se dressent devant nous, qu’il fallait regrouper les nouveaux chefs d’établissement et leur donner les fondamentaux de la gestion administrative, financière, matérielle et pédagogique d’un établissement». Car à son avis, «le chef d’établissement est un chef d’orchestre qui doit faire en sorte que toutes les notes qui sortent des différents instruments, soit organisées en une symphonie pastorale très belle à écouter. Pour cela, il faudrait qu’il ait toutes les compétences qu’il lui faut. Il n’y a pas une école de formation des chefs d’établissement et les critères de nomination sont notamment basés sur le grade. Et ce n’est nullement l’âge et le grade, qui peuvent déterminer avec pertinence les compétences de l’agent. Il faut avoir la volonté car même si quelqu’un est sorti de l’école de management avec toutes les théories nécessaires, s’il n’est pas une personne animée de bonne volonté et d’engagement, il ne pourra jamais faire changer les choses». Papa Baba Diassé exhorte «les différents chefs d’établissement, de retour dans les établissements, à continuer, à apprendre et à partager les connaissances avec leurs pairs, pour mettre en place et en œuvre tout ce qui a été appris durant ces jours».
Au-delà, le nouvel Ia de Thiès, M. Diassé, a exprimé son ambition de «susciter l’excellence au sein des établissements pour créer une émulation saine entre les chefs d’établissement, mais aussi entre les élèves pour rendre visible l’Académie de Thiès et qu’elle puisse s’élever aux cimes de l’excellence. Ce qui ne peut se faire sans une dynamique de concertations, une démarche inclusive». Toutes raisons de la mise en place d’un cadre des acteurs et partenaires de l’école, réunissant tous les partenaires sociaux ainsi que la société civile, l’association des enseignants retraités… Un cadre qui va permettre, selon lui, de discuter de toutes les questions liées à la bonne marche du système éducatif.
Revenant sur la session de renforcement de capacités, le Principal du Cem de Thiès-Nones, Ndèye Sokhna Mbaye, déclare au nom de  ses pairs que «la rencontre a permis de revisiter tout le cadre institutionnel qui régit le système éducatif. Il s’agit, entre autres, de la loi d’orientation, du guide de management des collèges et lycées, du Paquet, de la lettre de politique sectorielle».
Après les chefs d’établissement du moyen et du secondaire, les intendants seront également formés, pour répondre, selon Papa Baba Diassé, «aux exigences d’une bonne gouvernance dans le système et de la gestion de qualité pour que les résultats puissent suivre».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here