PARTAGER

En sit-in hier à la cité ouvrière de Thiès, les cheminots retraités de Dakar-Bamako ferroviaire (Dbf) demandent au gouvernement de respecter les instructions du chef de l’Etat Macky Sall de les payer.

24 h après le blocage du trafic du Petit train de Banlieue par les retraités de la société Dakar-Bamako ferroviaire (Dbf), le jeudi 2 août 2018, le chef de l’Etat avait ordonné, lors de la cérémonie de lancement des nouveaux documents de trans­port routier et plaques d’immatriculation, au Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne de payer sans délai les indemnités de départ à la retraite de ces cheminots qui s’élèvent à 621 millions de francs Cfa. 15 jours après, les cheminots, en sit-in hier, ont dénoncé les lenteurs notées dans le dossier. «Nous alertons à nouveau le chef de l’Etat Macky Sall sur l’instruction qu’il avait donnée au gouvernement de payer les cheminots à la retraite. Nous n’avons encore rien perçu depuis lors», fustige Mame Demba Diakhaté, ex-Secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de Dbf. Selon lui, «les retraités sont dans le désarroi à cause du non-respect des engagements pris par l’Etat. Cela fait 15 jours que nous, les retraités de Dbf, attendons notre pécule de départ à la retraite. Et sur les instructions données par le chef de l’Etat, nous avons entendu que le ministre des Finances ne les a pas respectées. En tout cas en ce qui nous concerne nous attendons sérieusement notre pécule». Ce d’autant, indique l’ex-syndicaliste, «qu’avec la fête de Tabaski qui approche et la situation économique que traversent les retraités de Dbf, nous demandons solennellement au président de la république de nous payer».
Déterminés à rentrer dans leurs fonds, les cheminots retraités de Dbf comptent intensifier le combat. Ainsi un grand rassemblement est prévu dans les prochains jours à la gare ferroviaire de la Cité du Rail par ces ex-travailleurs du rail qui ont presque tous totalisé plus de 40 ans de bons et loyaux services et qui réclament le paiement de leurs indemnités de départ à la retraite. Le membre du collectif des retraités de Dbf/Sénégal se veut catégorique : «On est en tain de changer de façon de faire, c’est une autre façon de lutte et ça va aller crescendo. Il y a 15 jours on avait bloqué les rails, et aujourd’hui nous avons organisé un sit-in. Cela veut dire que les cheminots ne vont plus se laisser faire, personne ne parlera plus à notre place, on va prendre en main notre destinée.» Les cheminots pensent que «réclamer des indemnités deux ans après notre départ, c’est trop». Et de s’offusquer «déjà, sur la liste de près de 200 ex-travailleurs que nous som­mes, plus de 20% sont décédés, d’autres sont gravement malades et ne peuvent pas se soigner». Ces derniers ont profité de leur sit-in d’hier pour apporter leur soutien aux travailleurs de Dbf en activité, qui «n’ont toujours pas perçu leur salaire du mois passé».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here