PARTAGER

Le maire rewmiste de Thiès-Nord approuve la suppression annoncée des villes. Lamine Diallo estime que cette réforme consacrera la véritable communalisation intégrale.

Le ministre des Collectivités territoriales, du développement et de l’aménagement du territoire, Oumar Guèye, a le feu vert du maire rewmiste de Thiès-Nord qui a émis un avis favorable sur le projet de suppression des villes de Dakar, Pikine, Guédiawaye, Rufisque et Thiès. Interrogé sur la question, Lamine Diallo pense qu’il y a «des incohérences dans l’Acte 3 de la décentralisation qu’il faut rectifier». Il relève : «On ne peut pas parler de la communalisation intégrale et qu’on note au minimum 46 communes qui sont dans 5 villes du Sénégal et dont les compétences sont limitées par l’existence de ces villes-là.» M. Diallo cite notamment le traitement salarial noté dans les 552 communes du Sénégal. «Il y a une discrimination qu’il faut corriger parce qu’on ne peut pas accorder une indemnité de 900 mille au maire des communes chefs-lieux de région, 500 mille F Cfa aux maires chefs-lieux de département et 300 mille F Cfa pour les autres communes», a-t-il expliqué. Sur le point relatif au foncier, il renseigne que les 5 maires de ville assurent la présidence de la Commission chargée des lotissements et autres opérations de désaffectation des parcelles. Et donc, fait-il remarquer, «le maire de la commune est privé de cette compétence, là où son collègue de Keur Moussa exerce pleinement cette compétence dans sa commune». S’agissant des recettes fiscales, l’édile de Thiès-Nord en perd presque son latin : «Il y a une confusion totale et extrêmement grave qu’il faut clarifier au niveau des compétences. Dans la ville de Thiès, on nous dit que les patentes qui se trouvent dans les équipements marchands appartiennent aux communes et les autres sont dévolues à la ville. Mais ils se sont arrangés pour dire que les équipements marchands concernent les marchés. Mais dans les quartiers, s’il y a un équipement marchand où la patente est supérieure ou égale à 100 mille francs Cfa, cela doit aller à la Ville. Donc du point de vue des recettes, on a de sérieux problèmes.»

«Thiès-Ville n’a fait aucune réalisation»
Pour Lamine Diallo, «il faut s’armer de courage pour répondre à ce principe de générosité de l’Acte 3 qui veut quand même que toutes les 552 communes soient dotées de la même compétence». Il estime qu’il faudrait soit supprimer les 46 communes soit les villes elles-mêmes. Mais il souligne que puisque l’esprit de la décentralisation c’est la gestion rapprochée, il est alors «plus pertinent» de supprimer les villes pour permettre aux communes de pouvoir pleinement jouer leur rôle de commune de plein exercice. Il fustige le «mysticisme» autour des villes qui ne sont que «symboliques». Selon lui, on doit plutôt «s’accorder sur leur contenu et non le contenant». Le responsable du parti de Idrissa Seck d’ajouter : «La ville de Dakar existe depuis plusieurs décennies, mais les 95% des réalisations de la capitale sont faits par l’Etat du Sénégal. Idem à Thiès-Ville qui n’a fait aucune réali­sa­tion. Il faut que l’on soit plus courageux et qu’on aille vers cette communalisation intégrale.»

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here