PARTAGER

Deux affaires de trafic de chanvre indien inscrites au rôle à la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Thiès ont été jugées. Khaly Boye risque 10 ans et El Hadji Dramé 20 ans de travaux forcés. Les délibérés sont attendus au mois de mai.

Poursuivis devant la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Thiès pour trafic de chanvre indien, Khaly Boye, un récidiviste, puisqu’ayant déjà purgé une peine de 15 ans d’emprisonnement ferme pour des faits similaires, avait du mal à convaincre devant la barre. Le mécanicien, à bord d’une moto Beverly 250, avait heurté accidentellement un enfant qui s’en est sorti in extremis. Khaly Boye, qui était tombé de sa moto, avait tenté de prendre la fuite à pied. Mais il n’ira pas loin puisqu’il sera poursuivi par des conducteurs de motos Jakarta, qui parviendront sans trop de peine à l’appréhender. Et n’eût été la promptitude d’un Agent de sécurité de proximité (Asp), qui était dans les parages, pour le cueillir avant de le conduire au commissariat urbain de Thiès, il serait sévèrement lynché par une foule en furie. Sur les lieux de l’accident pour le constat d’usage, les enquêteurs de la police judiciaire ont été surpris d’avoir découvert sur la moto un sac noir contenant 16,2 kg de chanvre indien répartis en 7 blocs. Devant la barre, il a nié catégoriquement en être le propriétaire. Il révèle qu’il était venu à Thiès pour acheter un mouton de Tabaski. «Je détenais 450 mille F Cfa et un téléphone portable, qui ont été d’ailleurs volés par les conducteurs de motos Jakarta qui me poursuivaient. C’est 3h après mon arrestation que les policiers sont venus me montrer la drogue. Et même la moto qu’on m’avait présentée, je n’en suis pas le propriétaire», dit-il.
Dans son réquisitoire, l’Avocat général est revenu sur la nature belliqueuse de l’accusé demeurant au quartier Guédiawaye, à Dakar, étant entendu qu’il avait toujours des démêlés avec les gardes pénitentiaires en prison. Ce qui lui a valu d’ailleurs, selon le Maitre des poursuites, d’être traduit devant la barre du Tribunal des flagrants délits pour outrage à agent. Il a requis 10 ans de travaux forcés. Le délibéré est fixé au 6 mai prochain. Moins chanceux que Khaly Boye, El Hadji Dramé lui risque 20 ans de travaux forcés. C’est en tout cas le réquisitoire du Procureur général, qui pense que El Hadji Dramé et ses co-inculpés sont des délinquants aguerris bien organisés qui ont pris des chambres en location pour garder et écouler leurs marchandises. En effet, la bande du présumé trafiquant de drogue avait transformé l’école élémentaire Waly Diouf de Joal dans le département de Mbour, en lieu de vente de chanvre indien. El Hadji Dramé alias El Hadji Socé, présenté comme le cerveau de la bande, est un récidiviste, qui a déjà été condamné à 12 ans de travaux forcés dans un trafic de 46 kg de chanvre indien trouvés dans sa chambre au quartier Ndoubab à Joal. Mais l’accusé avait pris la fuite à l’époque, quand il a eu vent du transport des éléments de la brigade de gendarmerie de Joal chez lui. Faisant l’objet d’une délégation judiciaire, il sera plus tard appréhendé pour les mêmes faits. Il s’agit cette fois-ci d’un trafic de 121 kg de chanvre indien. Des faits qui ont disparu suite à des récriminations de parents d’élèves de l’école élémentaire Waly Diouf. En effet, ils se sont plaints aux autorités éducatives quand ils ont constaté que l’établissement scolaire était en train de devenir un lieu de vente de drogue opérée avec la complicité du gardien de l’école. Une descente sur les lieux a permis aux éléments de la brigade de gendarmerie de Joal de découvrir un kg de chanvre indien dans la chambre de Abdoul Aziz Ndiaye, gardien de l’école. Les hommes en bleu ont aussi, par la même occasion, interpellé Mass Ndiaye et Mame Cheikh Sarr, considérés comme des complices.
Interrogé, Mass Ndiaye a révélé qu’il avait été sollicité par Ablaye Saouné, président des Socés de Joal, pour écouler les 121 kg de chanvre indien que El Hadji Dramé avait laissé dans sa chambre : «Mais j’ai récupéré seulement un kg de chanvre indien que j’ai donné à Mame Cheikh Sarr. Ce qui a d’ailleurs été retrouvé dans la chambre du gardien de l’école.» Le gardien lui, réfute les faits et signale qu’il ne savait pas qu’il avait été dissimulé un kg de chanvre indien sous son matelas. Et selon lui, quand les gendarmes ont effectué une descente dans sa chambre, il était en train de dormir. Le délibéré est fixé au 7 mai prochain.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here