PARTAGER

Youssou Dièye alias «Le fauve» a été condamné par le juge de la Chambre criminelle de Thiès du Tribunal de grande instance de Thiès, à une peine de 10 ans de prison pour avoir violé une fillette de 18 mois en mai 2017. Il doit également verser une somme de 15 millions f Cfa à la partie civile.

Le verdict de la rocambolesque affaire de viol qui avait pollué l’atmosphère dans la Cité du Rail, en mai 2017, est tombé hier au Tribunal de grande instance du Palais de justice de Thiès. Youssou Dièye alias «Le fauve» a été condamné à 10 ans de prison pour avoir sauvagement violé une fillette de 18 mois, dans la soirée du mardi 16 à mercredi 17 mai 2017 au quartier Randoulène, non loin de la grande mosquée de Grand-Thiès jouxtant le cimetière Madoki. L’homme de 40 ans a été reconnu coupable d’enlèvement de mineure par fraude ou violence, viol sur mineure de moins de 13 ans, pédophilie, usurpation d’identité. Il doit également verser une somme de 15 millions f Cfa.
En effet, l’affaire qui avait fait grand bruit remonte en mai 2017. Mama Diack, mère de la victime, expliquait que c’est à son retour des toilettes aux environs de 6 h du matin qu’elle a constaté la disparition de sa petite fille qu’elle avait pourtant laissée sur son lit, à côté de son époux. Des recherches minutieusement menées débouchèrent sur la découverte, deux heures plus tard, de la fillette dans un piteux état avec des traces de sang et de sperme entre les jambes, abandonnée dans un bâtiment en construction à côté de la maison familiale. En effet, c’est aux environs de 7h 40mn que certains membres de la famille Dièye, habitant à côté juste du bâtiment en question, ont retrouvé, inconsciente, la toute petite A. F. «Etant donné que je suis un agent de santé à la retraite, je l’ai tout de suite consultée pour remarquer qu’elle était encore en vie parce qu’elle avait les yeux fixés sur moi, me regardant, seulement elle était très fatiguée», avait expliqué l’aînée de la famille Dièye. Elle avait aussitôt alerté la police et les sapeurs-pompiers pour les constats d’usage, avant l’admission de la pauvre fillette aux urgences du centre hospitalier El Hadji Amadou Sakhir Ndièguène de Thiès. Le chirurgien, Alexandre Ngom, qui a donné les premiers soins, constatera une déchirure vulvo-périnale et vaginale profonde avec désinsertion du vagin au niveau de la fourchette vulvaire et une lésion du sphincter anal et un orifice anal béant. Le médecin avait alors procédé à une intervention chirurgicale pour une réfection du périnée et du vagin.
Après son forfait, Youssou Dièye, dont le pantalon a été retrouvé tacheté de sperme dans sa chambre, est allé se réfugier chez son marabout à Touba. Mais il sera par la suite interpellé par les éléments du Com­missariat du 1er arrondissement et reconduit à Thiès. Interrogé, il avait signalé être «un inconditionnel de la boisson et qu’il ne se rappelait pas des faits car il était ivre mort le jour des faits et ne pouvait pas revenir sur les circonstances du viol».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here