PARTAGER

Des commerçants du marché Sahm de Thiès s’opposent à leur déguerpissement. Habib Niang, leader de And suxxali Senegaal, joue les bons offices pour éviter toute forme violence.

«La vive tension au marché Sahm de Thiès est une bombe qui peut exploser à tout moment, avec des conséquences qui peuvent être beaucoup plus graves que celles des derniers évènements de Guet-Ndar.» L’alerte est du président du mouvement And suxxali Senegaal. Habib Niang rencontrait hier les quelques 500 commerçants qui s’opposent catégoriquement au projet de déguerpissement des autorités locales. «La violence ne peut rien régler surtout qu’on est dans un pays de droit, un pays démocratique. Mais les décideurs doivent aussi éviter de toujours agir en médecins après la mort. Le site en question est un titre foncier n°143, 144 et 145 qui appartient à la famille Feue Anna Faye. Le juge a donné une ordonnance d’expulsion, mais je pense que ce n’est pas la solution. C’est parce que ce sont des pères et des mères de qui travaillent sur le site, certains depuis 1977, pour nourrir leur famille. En tant qu’acteur de développement, je suis venu pour jouer les bons offices, être dans une posture d’ambassadeur de la paix pour trouver une solution», a dit M. Niang. Pour lui, la violence ne mène nulle part sinon à l’autodestruction. C’est pourquoi, malgré la gravité de la situation, il estime qu’il faut «toujours privilégier la recherche de consensus forts», surtout dans un contexte de Dialogue national lancé par le Président Macky Sall. Le leader de And suxxali Senegal demande aux autorités de Thiès d’être «vigilants» par rapport à ce dossier. En effet, souligne-t-il, «la cause d’une seule personne ne doit pas mettre en péril celle de toute une communauté». Par conséquent, insiste-t-il, «il faut éviter le forcing et essayer de trouver des solutions». Et l’une des solutions, pense Habib Niang, c’est de donner à l’ayant droit un autre site. En entendant, il a sollicité la suspension de la décision d’expulsion pour créer les conditions de «larges concertations» et trouver des «solutions durables».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here