PARTAGER

Au Togo, internet est de retour. Le réseau avait été coupé mercredi dernier juste avant une mobilisation massive à l’appel de l’opposition pour réclamer un retour à la Constitution de 1992. Le gouvernement a tenté d’apaiser les choses en annonçant l’examen d’un avant-projet de loi sur des réformes en session extraordinaire à l’Assemblée. Les leaders de l’opposition togolaise étaient de nouveau réunis ce lundi matin pour s’accorder sur la marche à suivre sur le mot d’ordre.

Les ténors de l’opposition togolaise ont tenu hier, lundi, une conférence de presse. Deux annonces majeures : un rassemblement mardi devant le Parlement pour dire non au projet du gouvernement et un deuxième rassemblement, vendredi après-midi, sur le terrain du collège Saint Joseph.
L’opposition a dénoncé l’intervention de l’Armée dans la nuit du 7 au 8 septembre, faisant de nombreux blessés et occasionnant des dégâts matériels. Des caméras de journalistes avaient été saisies. L’opposition exige la libération des personnes interpellées lors des manifestations des 19 et 20 août dernier à l’appel du Parti national panafricain.

L’opposition prête à aller jusqu’au bout
En parlant du projet de loi, à ce jour, les députés n’ont pas le texte du projet de loi, alors qu’il faut toute une procédure pour arriver à l’adoption du texte en plénière. Une manœuvre dilatoire, estime l’opposition, qui demande aux populations de venir ce mardi matin devant le Parlement pour dire non à ce projet.
Le pouvoir doit faire une lecture claire de la situation, a affirmé Brigitte Adjamagbo-Johnson : il y a une crise grave qui est ouverte, le Peuple a massivement répondu à l’appel de l’opposition pour réclamer la Constitution originelle de 1992. Le pouvoir doit en tenir compte.
Tous les leaders de l’opposition étaient présents à cette conférence de presse. Ils ont assuré qu’il n’y a pas de divergences entre eux et affirment cette fois qu’ils iront jusqu’au bout.

rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here