PARTAGER

La balle qui a blessé la dame Anta Sall lors de la manif au marché Ocass de Touba dimanche dernier doit être cherchée ailleurs. La police qu’on accusait d’avoir blessé deux personnes, a dégagé sa responsabilité dans la blessure de la dame Anta Sall. Dans un communiqué du bureau des relations publiques de la police, on informe que la balle extraite de la dame Sall est une munition de calibre 6,62 mm qui n’est pas utilisée par les agents de la police.

«La balle extraite de la dame Anta Sall est une munition de calibre 6,62 mm, calibre pas utilisé par les fonctionnaires de Police qui ne disposent que de munitions de calibre 9mm.» C’est la précision apportée par la police au lendemain de la manifestation au marché Ocass de Touba, qui a fait deux blessées par balle. Dans un communiqué, le bureau des relations publiques de la police informe qu’ils sont «à la recherche du sieur A. Dieng qui aurait été à l’origine des tirs». Dans le document on souligne que trente-huit (38) individus, qui ont eu à prendre part aux manifestations, ont été interpellés.
Touba-MinaretsMosquee1Revenant sur le déroulement de cette journée au marché Ocass de Touba, la police informe que «le 18 juin 2017, aux environs de 14 heures, des marchands ambulants du marché Ocass ont attaqué le poste de police sis dans ledit marché dans l’intention d’en découdre avec des éléments de Safinatou Amane qui s’y étaient réfugiés». D’après le bureau des relations publiques de la police, les manifestants «reprochaient à ces derniers d’avoir battu jusqu’à évanouissement un garçon du nom de B. Mbengue, âgé de 14 ans, lequel venait d’être évacué à l’hôpital par les Sapeurs-pompiers».
D’après la police, «malgré l’hostilité de la foule qui jetait des pierres sur le véhicule d’intervention de la police, les éléments du Commissariat spécial de Touba ont pu exfiltrer l’agent de police, les Asp et les éléments de Safinatou Amane qui étaient séquestrés au poste». C’est ainsi, d’après les forces de sécurité, «dans leur élan destructeur, les badauds ont saccagé les deux postes de police du marché et vandalisé des magasins». «Et c’est dans la mêlée que deux dames nommées A. Sall, âgée de 19 ans et A. Fall âgée de 44 ans, ont été blessées par balle. La première a été atteinte à l’avant-bras droit et à la poitrine, tandis que la seconde a reçu une balle au cou. Elles ont été admises à l’hôpital Matlaboul Fawzaini de Touba (…) Il a fallu l’intervention de renforts du Gmi et de l’Esi de la gendarmerie pour rétablir l’ordre», a-t-on fait savoir.

Amnesty, Raddho et Lsdh exigent une enquête

A travers un communiqué, Amnesty international Sénégal, la Raddho et la Lsdh exigent «l’ouverture d’une enquête indépendante pour déterminer l’origine et les conditions d’usage des armes à feu ayant occasionné au moins deux blessés graves et sur les allégations de mauvais traitements contre un garçon dans un poste de police de la ville». Les incidents de dimanche ont fait l’objet d’une condamnation de Amnesty International Sénégal, de la Raddho et de la Lsdh qui s’insurgent contre «le recours à la violence par les manifestants, ainsi que l’usage excessif de la force dans les opérations de maintien de l’ordre».

dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here