PARTAGER

Le service régional du commerce de Diourbel a saisi une importante quantité de de tomate destinée à la consommation. Il s’agit de 3 804 pots. Ces pots de tomate, qui pèsent chacun 2 kg, n’avaient pas fait l’objet d’une Dipa (Déclaration d’importation de produits alimentaires), une pièce délivrée par la Direction du commerce après dépôt de 4 échantillons de la maquette. Il y a aussi que le produit en question n’a pas respecté la législation française en la matière qui dispose que tous les éléments du mode d’emploi et de la composition du produit doivent être faits en français. Dans ce cas, l’Etat du Sénégal ne peut assurer son innocuité. Ce qui n’est pas le cas. D’après la norme sénégalaise, il est banni l’usage du sel dans ce type de produit or la tomate était salée. Ce qui a suscité la curiosité des usagers en général et de certains dignitaires de Touba, c’est que cette double-concentrée de tomate se vendait entre 500 francs Cfa et 1000 francs. Un prix qui défie toute concurrence, parce que les pots de tomate de même quantité se vendent à 2 500 francs l’unité. Certains se sont même demandés quand est-ce que les commerçants sont devenus des philanthropes.   La substance du produit était noirâtre. Le produit avait installé la psychose chez les populations et les chefs religieux.  Ce produit est entré à Touba par le truchement d’un indien. Arrêté, il a payé une forte amende.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here