PARTAGER

Un mois après la réouverture en grande pompe des hôtels de la station balnéaire par Alioune Sarr, ministre du Tourisme et des transports aériens, les acteurs du tourisme s’offusquent de certaines mesures prises par les autorités administratives pour éviter la propagation du coronavirus, à savoir la fermeture des restaurants à 00h et l’interdiction d’accéder à la plage. Les acteurs du tourisme ont fait état de leur courroux lors d’une rencontre tenue lundi à Saly.

Les effets escomptés lors la reprise des activités touristiques avec la réouverture des hôtels le 13 août dernier, risquent de produire des résultats décevants. Mieux, certains employés pourraient perdre leur emploi à cause des restrictions imposées par les autorités administratives sur la station balnéaire de Saly. Lors d’une rencontre tenue à Saly lundi, ces acteurs n’ont pas manqué de clamer leurs inquiétudes. Selon Olivier Morin, directeur d’un hôtel à Saly, les acteurs sont confrontés aux contrôles draconiens et souvent inappropriés dans des établissements au milieu de la nuit. «Nous sommes inquiets, car au niveau de la station balnéaire, nos clients ne peuvent pas accéder à la plage, puisqu’elle est interdite. Nous avons aussi des problèmes liés aux horaires d’ouverture et de fermeture des restaurants. On nous impose des fermetures d’établissements  à 00h, ce qui n’augure pas de bons résultats, surtout que le lancement de la campagne par le ministre du Tourisme est une idée de développer le tourisme patriotique. Aujourd’hui, nos clients dans les hôtels souffrent de ce problème et ne peuvent pas consommer dans les restaurants le soir, puisqu’après minuit c’est fermé», renseigne M. Morin.
La fermeture des restaurants et l’interdiction de l’accès à la plage n’est pas sans conséquence sur le chiffre d’affaires de ces établissements, car ils ne peuvent pas accueillir les clients si des restrictions sont imposées aux restaurants et hôtels. «Depuis le mois de mars, nous n’avons pas travaillé, on espérait avoir au moins des clients avec la réouverture des hôtels en août, mais avec ces mesures prises par les autorités administratives, on risque d’envoyer pas de mal d’employés en chômage», craint Paul Diaité, gérant de restaurant à Saly.
C’est pourquoi à un mois de l’ouverture de la saison touristique, ces acteurs du tourisme invitent leur ministre de tutelle à  un allègement de ces mesures qui, si on n’y prend garde, risquent de les étouffer.
Au terme de cette rencontre, les acteurs ont promis de centraliser toutes les demandes et de discuter en toute responsabilité avec les autorités administratives pour trouver des dérogations à ces dispositions légales et réglementaires pour empêcher la propagation du virus. Mieux, pour anticiper sur ces mesures, une délégation a rencontré le gouverneur de la région de Thiès  qui leur a demandé de recenser l’ensemble de leurs préoccupations. Une rencontre qui sonne déjà comme une lueur d’espoir, car ils espèrent  que d’ici l’ouverture de la saison touristique une solution sera trouvée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here