PARTAGER

Face aux députés qui dénonçaient la non-attractivité du tourisme sénégalais, le ministre en charge du secteur note pourtant des «avancées significatives» depuis 2014. Maïmouna Ndoye Seck, qui défendait hier son budget, informe que 1 million 6 mille touristes sont venus au Sénégal en 2015.

Contrairement à la plupart de ses collègues qui sont passés à l’Assemblée nationale, le ministre du Tourisme et des transports aériens a reçu quelques critiques des députés de la majorité, lors du vote de son budget. «On ne voit pas les efforts de votre département», constate amèrement Ndèye Awa Mbodj, député de Guédiawaye. «Vous devez encore faire des efforts dans le domaine de la sécurisation des sites touristiques, notamment à Mbour où le tourisme est à terre», invite Maguette Dioh. «La baisse des taxes sur le tourisme en Casamance, décidée par le président de la Répu­blique, n’a aucun impact», dénonce Samba Bathily.
Loin des protestations parlementaires, Maïmouna Ndoye Seck souligne que depuis 2014, le secteur du tourisme a connu des «avancées significatives». «En 2015, la tendance a été inversée avec une croissance des arrivées autant au niveau des aéroports, des frontières qu’au  niveau des réceptifs hôteliers. Nous avons noté en 2015 une augmentation de plus de 20% sur les arrivées au niveau de l’aéroport de Dakar», relève le ministre.
Toutefois, ces chiffres ont été revus à la baisse avec l’arrêt des activités de la compagnie Senegal Airlines. Un état de fait qui a modéré le taux de croissance des arrivées à l’aéroport à un taux de 5%. Pourtant, souligne Mme le ministre, une étude réalisée par ses services, il y a quelques jours, «a montré que nous avons aujourd’hui  1 million 6 mille touristes qui ont été recensés au Sénégal avec plus de 600 mille qui ont été logés au niveau des réceptifs hôteliers. «C’est cela la situation qui montre la reprise du secteur touristique», se félicite Maï­mou­na Ndoye Seck, qui reconnaît qu’«une reprise n’est pas suffisante, vu les difficultés connues dans le secteur».   Madame Seck a annoncé également, des mesures tendant à promouvoir le tourisme religieux lors du Magal de Touba, du Gamou à Tivaouane ou de l’Appel des Layènes…

Près de 5 milliards de hausse dans le budget    
S’agissant du secteur des Transports aériens, Madame le ministre a réaffirmé à la cinquantaine de députés présents que l’exploitation de l’Aéroport international Blaise Diagne se fera au «plus tard en décembre 2017», alors que la fin des travaux est prévue en avril de la même année. De plus, elle annonce que la nouvelle compagnie aérienne Air Sénégal sera fonctionnelle au même titre qu’Aibd avec 5 vols. «L’année dernière, je m’étais gardée de donner une date de mise en service devant les députés, parce que je n’avais pas une certaine visibilité par rapport au projet», justifie Mme Seck, suite à l’interpellation de Ndèye Awa Mbodj. Par ailleurs, le budget 2017 du ministère du Tourisme et des transports aériens est arrêté à la somme de 27 milliards 795 millions 68 mille 380 francs Cfa contre 22 milliards 888 millions 117 mille 140 francs Cfa en 2016, soit une hausse de de 4 milliards 914 millions 951 mille 240 francs Cfa en valeur absolue et 21,48% en valeur relative.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here