PARTAGER

La Sonacos de Diourbel a été jeudi dernier la dernière étape de la tournée nationale du nouveau directeur général de ladite société. Pour Modou Diagne Fada, il n’y a que de bonnes nouvelles dans cette usine du Baol.

En visite avant-hier dans les locaux de la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (Sonacos) de Diourbel, le nouveau directeur général s’est dit agréablement surpris par la propreté des lieux. A en croire Modou Diagne Fada, sa délégation et lui ont remarqué des installations assez neuves et fonctionnelles, avant d’ajouter qu’ils pensent que cette unité peut continuer encore à jouer un rôle important dans le cadre des Hand picked selected (Hps) et du décorticage. Ainsi, fera-t-il savoir qu’à partir de Diourbel il est possible de conditionner de l’huile raffinée en vrac à travers des dosettes. «C’est une bonne nouvelle pour les populations diourbelloises de savoir que l’usine peut maintenant faire des dosettes qui sont très appréciées par les femmes sénégalaises. Les tests effectués ont été concluants. C’était un test pour monter en puissance et avoir au moins la possibilité, à Diourbel, de faire les dosettes», a-t-il souligné.
L’autre bonne nouvelle, c’est l’engagement ferme du directeur de l’usine et du directeur des Opérations pour que la direction de la Sonacos en général puisse redémarrer la vinaigrerie. Selon lui, cette unité était en arrêt depuis longtemps et beaucoup de femmes sollicitaient de la nouvelle direction générale la reprise de cette activité qui est importante pour Diourbel. M. Diagne a affirmé : «C’est un produit de qualité, un produit apprécié. Nous avons pris des engagements pour faire revenir ce produit dans le marché d’ici la fin de l’année 2019 au plus tard. Et les dispositions seront prises très rapidement pour que l’unité redémarre parce qu’il n’y a pas beaucoup de choses à demander pour le redémarrage des activités.»
La situation des recrutements a été aussi abordée par le nouveau directeur de la Sonacos. Pour lui, des recrutements ont été effectués récemment. «On avait prélevé sur le quota des saisonniers un nombre assez conséquent pour les transférer dans la catégorie des permanents. Et c’est une démarche qui a été appréciée. Nous avons décidé de renouveler l’acte en prenant d’autres saisonniers, mais quand même sur la base de critères objectifs» a-t-il indiqué. Selon lui, il faut tenir compte des besoins de l’usine tout en faisant des efforts pour essayer d’anticiper sur les départs à la retraite qui vont avoir lieu fatalement d’ici la fin de l’année. «Mais c’est aussi pour relancer les activités», a-t-il martelé.
M. Diagne a fait savoir que la direction envisageait, à travers le plan de redressement ou de relance, d’investir dans l’outil de production, les équipements, les installations, mais aussi dans le capital humain. Il estime que c’est l’homme qui fait marcher les machines et demander à une personne de faire le travail de trois personnes, ce n’est pas du tout normal. Cependant, il a annoncé qu’ils vont voir si la trésorerie pourrait suivre. «On tiendra compte des possibilités de la Sonacos qui est une société à redresser. Nous allons voir comment absorber les saisonniers et concomitamment injecter du sang neuf», a-t-il signalé. L’occasion a été aussi saisie par le nouveau directeur pour signaler qu’ils ont acheté trois unités de trituration qui sont en route. En ce sens, il a tenu à préciser que Diourbel pourra reprendre l’activité. «Nous avons même des projets par rapport à Sétuna qui est une usine d’aliment de bétail. Mais comme ce n’est pas encore prêt, nous nous sommes limités à annoncer les mesures qui seront effectives d’ici la fin de l’année», a-t-il dit aux journalistes.
Correspondante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here