PARTAGER

Les populations de certains quartiers de la capitale devront prendre leur mal en patience. En tournée dans les zones touchées par les pénuries d’eau, le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement, Mansour Faye a annoncé la mise en place de deux nouveaux forages dans la zone de Yengoulène. En attendant, la Sde va adopter le même système que la Senelec, les délestages.

Les cris assoiffés des populations de plusieurs quartiers de Dakar ont poussé le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement à aller à leur rencontre. Mansour Faye a effectué hier, une tournée dans quelques quartiers de Dakar aux côtés du Directeur général de la Société des eaux (Sde), Abdoul Ball. A l’issue de la tournée, Mansour Faye s’est voulu rassurant. «Le déficit est en cours de résorption, parce que nous avons des projets à court terme pour ne pas dire immédiats avec la réalisation de deux nouveaux forages dans la zone de Yengoulène.» Ces forages dont la mise en place devrait prendre environ deux mois, vont nécessiter un financement de 1,5 milliard de francs Cfa et devraient permettre de soulager le calvaire des populations des unités 26, 20 ou 17 des Parcelles Assainies. Selon Mansour Faye, en attendant la mise en service de ces forages, la Sde va adopter le système de la Senelec en délestant certaines zones pour soulager les zones les plus touchées.
Quant aux raisons des grosses pénuries d’eau de ces derniers temps, le ministre de l’Hydraulique indexe cette même Senelec qui, pour des travaux de réparation, a demandé la mise à l’arrêt de la station de Mekhé. Selon M. Diery Fall de la Sde, cet arrêt a occasionné un gap de 94 000 mètres cubes le 28 juin dernier. Une fois remise en route également, la station est revenue à sa capacité de façon lente et progressive, explique-t-il, pour justifier les coupures de ces derniers jours. Selon les chiffres qu’il a présentés devant les populations des Parcelles, réunies dans la salle de la mairie, les besoins en eau de la capitale oscillent entre 355 mille mètres cubes jour et 368 mille mètres cubes jour en période de pointe.
A moyen terme, les autorités prévoient la réalisation de projets structurants pour un coût de 450 milliards de francs Cfa. Il s’agit de l’installation à partir de 2018, de 10 forages à Tassette dans la région de Thiès et de 11 autres dans la zone de Bayakh pour un coût de 22 milliards de francs Cfa. Dans le long terme, ce sont des projets structurants qui vont permettre de sécuriser l’approvisionnement en eau de la capitale sénégalaise qui sont prévus. Il s’agit de la 3e usine de Keur Momar Sarr pour un coût de 274 milliards de francs Cfa avec une capacité de 200 mille mètre cubes jour ainsi que l’usine de dessalement des Mamelles pour 137 milliards de francs Cfa.

Eaux des puits et pompes
Abdoul Ball a mis en garde les populations de l’unité 26 des Parcelles Assainies qui ont recours aux eaux des puits et pompes pour assouvir leur soif. «Je déconseille fortement la consommation de l’eau des pompes et des puits», prévient Abdoul Ball. Il rassure par ailleurs,  sur la qualité de l’eau de la Sde dont la potabilité ne souffre d’aucun doute, selon lui.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here