PARTAGER

Deux semaines sans détection d’un cas de coronavirus, c’est le record établi par Touba où le premier cas importé de cette pandémie du Sénégal a été noté. Une situation de courte durée cependant avec l’apparition d’un cas communautaire dans la même ville. Une situation inquiétante qui a provoqué une réunion d’urgence convoquée par l’autorité administrative pour prendre des mesures énergiques.

Après avoir enregistré 17 personnes guéries sur les 19 qui étaient testées positives au coronavirus, la ville sainte de Touba a enregistré vendredi dernier son premier cas communautaire. Cette personne, testée positive et issue de la transmission communautaire, est un commerçant du marché Ocass de Touba. Un état de fait qui inquiète les autorités administratives et sanitaires. Ainsi, le gouverneur de la région de Diourbel a convoqué une réunion d’urgence pour intensifier les mesures restrictives afin de barrer la route à la propagation du Covid-19 dans la capitale du mouridisme. A l’issue de cette rencontre, le gouverneur Gorgui Mbaye a déploré cette nouvelle situation qui annihile tous les efforts déployés jusqu’ici et ramène tout au point de départ. Il poursuit : «Nous étions bien partis pour remporter la guerre mais l’épidémie du coronavirus est une guerre à géométrie variable. Nous avons identifié les premiers cas. Tout était venu d’un émigré, tout le monde avait été tracé, les malades avaient été traités et pour la plupart guéris, mais ce matin (samedi) nous sommes confrontés à ce qu’on appelle une transmission communautaire. La géométrie variable c’est le changement de direction et le changement de mode de comportement. Nous sommes presque dans une guerre asymétrique. Il faut adapter ses moyens par rapport à la situation du terrain.»
Ce cas communautaire, rappelle-t-il, est issu du marché Ocass de Touba avant d’ajouter qu’il faut considérer que la situation est assez sérieuse pour qu’ils planchent dessus afin de prendre des mesures urgentes pour juguler le mal et de se repositionner dans le sens d’éradiquer le coronavirus à Touba.

Pour des mesures fortes coercitives et contraignantes
Face à cette nouvelle, il faut des mesures fortes coercitives et contraignantes. Et le gouverneur de souligner que l’intransigeance sera de mise. Et, «nous ne badinerons plus surtout pour ce qui est des heures d’ouverture et de fermeture des marchés».
Les transports ne seront pas en reste. Sur ce, dira le gouverneur, l’arrêté du ministre des Transports sera désormais respecté à la lettre. «Toutes les places assises ne seront pas occupées et c’est valable pour tous les systèmes de transport. On mettra le nombre de passagers que l’arrêté du ministre admet. On va rester à cheval sur les règles puisque nous sommes face à une situation un peu dramatique.»
Abordant la question relative au port de masque, Gorgui Mbaye a invité les commerçants et les acheteurs ainsi que tous ceux qui fréquentent les marchés au port de masque. «C’est une forte recommandation que je leur demande de se plier à ces exigences», lâche-t-il. Aussi, M. Mbaye a signalé que les forts points de concentration humaine dans le marché comme le ‘’Market’’ où on vend les téléphones portables seront vidés.
Par rapport au transport illégal tant noté, Gorgui Mbaye rassure. «La police et la gendarmerie mettront encore beaucoup plus d’éléments pour éviter ce mouvement pendulaire entre la commune de Touba et les régions limitrophes. Un contrôle plus sévère sera axé pour éviter les risques de propagation de l’épidémie à Touba.»
Lui emboîtant le pas, Dr Mamadou Dieng, médecin-chef de la Région médicale, a tenu à préciser que des attitudes qui sont propices à la propagation de la pandémie ont été notées, nécessitant une réunion d’urgence pour analyser la situation et essayer de prendre des mesures énergiques pour éviter la propagation de cette pandémie. Car, poursuit-il : «Il a été noté qu’il y a un besoin de renforcer les mesures qui ont été déjà prises, surtout sur le respect de ces mesures. A Touba, le ventre mou du système de prévention c’est le marché Ocass où on a noté des comportements et attitudes qui risquent de porter préjudice à la riposte.»

Les 13 contacts du cas communautaire testés négatifs
Joint au téléphone par Le Quotidien, le Dr Dieng a fait savoir que les 13 contacts du cas communautaire mis en quarantaine sont testés négatifs. «Mais ils resteront en confinement pour 14 jours, à compter du 10 avril dernier», précise-t-il. Ainsi, souligne-t-il qu’il ne reste qu’une patiente au niveau du centre de traitement au coronavirus de Darou Marnane. A en croire Dr Dieng, cette dernière se porte très bien et n’attend que ses derniers contrôles pour pouvoir rejoindre sa famille.
L’occasion a été aussi saisie par le régional de la santé pour confier au journal Le Quotidien que le cas communautaire de Touba a été transféré à l’hôpital Fann le dimanche soir. Et ses contacts sont en confinement dans un hôtel du département de Mbacké pour un suivi de 14 jours tout en signalant qu’ils sont en train d’investiguer pour voir s’il n’y a pas d’autres contacts.
Interpellé sur la décision du transfert du cas communautaire de Touba, Dr Dieng revient sur les détails. «Son transfert n’est pas dû à son état de santé. Vous savez du 24 mars au 10 avril, nous n’avions pas enregistré de cas, c’est pourquoi nous étions dans une perspective de relancer les activités du centre de santé de Darou Marnane. Et, subitement ce cas est réapparu et certainement nécessiterait qu’il reste là-bas pendant plusieurs jours encore. Ainsi, nous nous sommes dit s’il fallait garder un seul malade dans un centre de santé et mettre tout le personnel en chômage technique ou on va le transporter quelque part où on pourra le gérer et essayer de rouvrir le centre de santé. Nous avons pesé le pour et le contre parce qu’actuellement le personnel de Darou Marnane est en chômage technique. Car toutes les autres unités de santé du centre sont fermées et il n’y a que là où on soigne le corona qui est ouvert.»
Par rapport à la construction du centre de traitement au coronavirus prévu à Touba, M. Dieng annonce qu’ils n’attendent que les équipes de la Diem (Direction des équipements et du matériel) qui doivent venir pour valider le site pour que les travaux redémarrent. Toutefois, précise-t-il que c’est le site du nouvel hôpital en construction situé sur la route de Darou Mousty, qui a été finalement retenu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here