PARTAGER

Les footballeurs du Tp Mazembe, qui ont été de nouveau sacrés rois d’Afrique, vont recevoir une prime de 5 000 dollars chacun (soit près de 3 millions Cfa) de la part de l’Etat congolais, a annoncé lundi la direction du club présidé par l’opposant en exil, Moïse Katum­bi.
La direction du Tout Puissant Mazembe «remercie le ministre des Sports pour son accompagnement», lit-on sur le site du club phare de la République démocratique du Congo, vainqueur samedi de la Coupe des Confédérations en Afrique du Sud. «Une somme de 5 000 dollars doit ainsi être remise à chaque joueur à l’arrivée de la délégation à Lubumbashi», ajoute le club.
Plus tôt dans la journée, cette même direction avait soupçonné les autorités d’avoir retardé le retour des joueurs «pour décourager les milliers de personnes qui ont prévu de faire un accueil triomphal aux joueurs de Katumbi».
Leur vol régulier Johan­nesburg-Lubumbashi avait en effet été retardé de 9h 30 à 19h 35, précisait alors le club. Une arrivée nocturne à Lubumbashi aurait réduit l’affluence à l’aéroport.

L’occasion propice pour cimenter l’unité du Peuple congolais
Le président du club, l’homme d’affaires et opposant Moïse Katumbi, a finalement décidé de faire rentrer ses joueurs mardi via un vol Johannesburg-Ndola, en Zambie voisine.
Les joueurs passeront la frontière en bus pour arriver à Lubumbashi dans l’après-midi, a indiqué M. Katumbi à un correspondant de l’Afp. «J’invite les fans à braver la peur pour accueillir leur club à la frontière», a-t-il ajouté depuis les Etats-Unis. Les manifestations sont régulièrement interdites en Rdc.
A la différence du match aller (2-1), quelques messages politiques ont salué le match nul 0-0 samedi à Pretoria des Corbeaux face aux Sud-Africains de Super­sport.
«Cette victoire est celle de tous les Congolais», a twitté Moïse Katumbi depuis l’étranger où il vit en exil après sa condamnation dans une affaire immobilière. «Bravo au Tp Mazembe, la seule occasion qui nous reste d’exprimer notre fierté d’être Congolais», a ajouté l’autre chef de l’opposition, Félix Tshisekedi.
Les deux opposants demandent le départ du Président Joseph Kabila dès la fin de cette année, alors que le calendrier électoral ne prévoit des élections que le 23 décembre 2018. Le deuxième et dernier mandat du Président a pris fin en décembre 2016.
Avec Africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here