PARTAGER

La Douane a saisi 12 véhicules en collaboration avec le bureau d’Interpol à Dakar. Il s’agit de voitures déclarées volées en France. Dans le même temps, les gabelous ont démantelé un présumé réseau de faussaires de certificats de mise à la consommation. Le destinataire des véhicules et plusieurs autres supposés faussaires ont été mis hors d’état de nuire par les douaniers.

Déclarés volés en France, 12 véhicules ont été retrouvés à Dakar. Ils ont été saisis par la subdivision de la Douane du Port autonome de Dakar. Le destinataire des véhicules a été aussitôt arrêté. D’après un communiqué du bureau des relations publiques et de la communication de la Douane, lesdites voitures étaient dans quatre conteneurs déclarés en transit vers la sous-région. D’après la note, l’opération a réussi grâce à un minutieux travail d’investigation qui a permis de localiser et d’isoler d’abord, deux conteneurs dans lesquels six véhicules de marques françaises, Citroën Ds et Peugeot, seront découverts. En effet, l‘enquête menée par l’Unité mixte de contrôle des conteneurs (Umcc), et la Cellule de centralisation des acquits-à-caution (Ccac), en collaboration avec le bureau Interpol Dakar, qui a révélé que les véhicules avaient été déclarés volés en France. Les mêmes investigations ont permis d’intercepter d’autres conteneurs renfermant des véhicules supposés volés en France.
En outre, les agents de la Douane ont arrêté plusieurs présumés faussaires dans le cadre de cette opération. Ils seraient membres d’un réseau de trafic de faux documents qui a été démantelé par le bureau des investigations criminelles et des stupéfiants de la Direction du renseignement et des enquêtes douanières. «Il s’agit d’une entreprise de faussaires implantée à Dakar. L’analyse des informations contenues dans les disques durs des ordinateurs saisis dans l’entreprise en question montre que les propriétaires se livraient à des manipulations consistant notamment à scanner les originaux des Certificats de mise à la consommation (Cmc), à changer les dates et numéros d’enregistrement, voire de châssis», renseignent les hommes du Directeur général de la Douane, colonel Abdourahmane Dièye.
Leur modus operandi, selon le communiqué, «sur les cartes grises de véhicules étrangers, les mis en cause utilisaient le même procédé en falsifiant les copies. Ils modifiaient les marques, numéros de châssis et dates de première mise en circulation». Et d’ajouter : «Devant la perspicacité des enquêteurs, les faussaires sont passés aux aveux, indiquant qu’ils se livraient à ces pratiques moyennant une rémunération et que le but visé était de permettre aux détenteurs de Cmc de pouvoir proroger frauduleusement le délai de ce document avant de procéder à la mutation du véhicule. Quant aux manipulations sur les cartes grises, elles permettaient à certains transitaires de dédouaner des véhicules destinés au transit vers des pays de la sous-région.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here